Un gigantesque trou dans la banquise de l'Antarctique intrigue les scientifiques

La polynie de Weddell était apparue au même endroit, dans l'océan Austral, dans les années 1970, avant de disparaître durant quarante ans, jusqu'à l'an dernier.

La polynie de Weddell, une étendue d\'eau liquide au milieu de la banquise qui recouvre la mer de Weddell, dans l\'océan austral, photographiée par satellite lors de sa première réapparition, en 2016.
La polynie de Weddell, une étendue d'eau liquide au milieu de la banquise qui recouvre la mer de Weddell, dans l'océan austral, photographiée par satellite lors de sa première réapparition, en 2016. (NASA)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Au milieu de l'étendue d'eau de mer gelée qui ceinture le continent Antarctique, un trou. Apparu sur les images satellites le 9 septembre, il intrigue particulièrement les scientifiques depuis début octobre. La polynie de Weddell –c'est son nom– a atteint la taille maximum de plus de 80 000 km², et étonne par sa localisation, ce type de trous étant plus courants près des bords de la banquise, à la limite avec l'eau de mer qui n'est pas gelée. Et personne ne sait pourquoi elle est apparue. Franceinfo vous explique ce phénomène.

Comment s'est formé ce trou ?

Les polynies sont des étendues d'eau de mer liquide qui persistent au milieu de la banquise (eau de mer gelée). Elles se forment quand de l'eau salée chaude remonte, sous l'effet de courants ou de la topographie des fonds marins, faisant fondre la glace et l'empêchant de se reformer, explique le Centre national américain de données sur la neige et la glace (en anglais).

La polynie de Weddell est située, comme son nom l'indique, dans la mer de Weddell, dans une partie de l'océan austral qui borde le continent Antarctique. Sur ce gif montrant l'évolution de la banquise entre avril et septembre (durant l'hiver austral), on voit clairement la polynie de Weddell se former et grandir jusqu'à fin septembre, à la fin de l'image. Sa superficie est proche de celle de l'Irlande ou de l'Autriche, elle correspond à trois fois la taille de la Bretagne ou à celle de la Nouvelle-Aquitaine. 

Le résultat est un gigantesque trou au milieu d'une grande étendue de banquise. "C'est assez remarquable. On dirait qu'on a donné un coup de poing à travers la glace", commente le physicien de l'atmosphère Kent Moore à Motherboard (en anglais). Une sonde flottante a justement refait surface à l'intérieur de cette polynie, et va permettre de recueillir des données pour mieux étudier sa formation.

Est-il lié au réchauffement climatique ?

S'il est tentant de le supposer, alors que l'on sait que la banquise est de plus en plus fragile (et de moins en moins étendue, même au cœur de l'hiver), il est "prématuré" de le dire, estime Kent Moore. Le fait que cette polynie soit apparue dans les années 1970 avant de disparaître laisse penser que la température de la planète, si elle avait une influence, ne serait pas le seul facteur en cause. Et la remontée d'eau chaude sous la banquise est un phénomène naturel.

Est-ce un phénomène sans précédent ?

Non, la polynie de Weddell était un phénomène déjà connu. Elle était apparue au même endroit entre 1974 et 1976, avant de disparaître. A l'époque, elle était d'ailleurs près de trois fois plus grande qu'aujourd'hui, avec une superficie d'environ 250 000 km², explique la Nasa (en anglais).

Elle n'avait plus été revue depuis, jusqu'à l'an dernier, quand elle avait resurgi pendant quelques semaines. Elle a réapparu cette année, pour une durée plus longue. Sans que l'on connaisse les raisons de ce phénomène intermittent. Ni que l'on sache s'il est récurrent. "Est-ce que la polynie de Weddell existait avant 1970, et sommes-nous en présence d'un processus périodique qui resurgit environ tous les quarante ans ?", s'interroge un spécialiste de la glace polaire cité par la Nasa, Willy Weeks. "S'il y a eu des occurrences plus anciennes, il n'y en a aucune trace".