Pudding, fil dentaire, chaussettes... Méga-ravitaillement pour la Station spatiale internationale

Ariane 5 va envoyer le cinquième et dernier cargo automatique européen de l'espace, l'ATV Georges Lemaître.

Ariane 5 décolle avec à son bord le cargo ATV4, à Kourou (Guyane), le 5 juin 2013.
Ariane 5 décolle avec à son bord le cargo ATV4, à Kourou (Guyane), le 5 juin 2013. (JODY AMIET / AFP)

Un record. La Station spatiale internationale (ISS) s'apprête à recevoir la plus grosse cargaison jamais envoyée dans l'espace par la fusée Ariane 5. Le lanceur va expédier dans l'espace, mardi 29 juillet, le cinquième et dernier cargo automatique européen de l'espace, l'ATV Georges Lemaître. 

Avec une masse totale de plus de 20 tonnes, le petit dernier de la famille dépassera ses quatre prédécesseurs en étant la plus lourde charge utile jamais injectée en orbite par un lanceur Ariane.

L'ATV-5 doit décoller de Kourou (Guyane) mardi à 20h47 (mercredi à 01h47, heure de Paris), à bord d'une Ariane 5 ES. Environ une heure plus tard, l'ATV se détachera du lanceur et poursuivra son trajet autonome jusqu'à l'ISS, qui tourne autour de la Terre à 400 km d'altitude. Le 12 août, il s'amarrera à la station.

1 232 articles à bord

L'ATV-5 transportera près de 6,6 tonnes de fournitures pour ravitailler l'ISS et ses six occupants, dont près de 850 litres d'eau potable, le maximum jamais emporté, trois tonnes de carburant, et plus de 2,6 tonnes de denrées alimentaires, vêtements et équipements pour la recherche, un record.

Avec pas moins de 1 232 articles à son bord, l'ATV est un vrai bazar : du pudding, du jus d'orange (et de mangue), des pâtes au fromage, du fil dentaire, ou encore 50 kg de café, selon l'inventaire dressé par Airbus Defence and Space, principal partenaire industriel de l'ATV. Il faudra encore un peu de patience aux astronautes pour boire de l'expresso italien : la machine spécialement prévue pour eux ne sera prête qu'en novembre.

Il n'y a pas de lave-linge sur l'ISS. L'ATV livrera donc aussi du linge propre aux astronautes, des chaussettes, des maillots... Cette fois, ils recevront des T-shirts "Spacetex", dont la technologie promet qu'ils resteront frais plus longtemps. La cargaison de "dernière minute", les articles qui ne peuvent être chargés qu'entre quatre semaines et 20 jours avant le lancement, pèse un peu plus d'1,2 tonne.

Au retour, un vaisseau rempli de déchets

Le vaisseau de 10 mètres de long emportera également le capteur infrarouge expérimental Liris, qui permettra de tester de nouveaux systèmes de guidage pour des technologies de rendez-vous dans l'espace avec des cibles dites "non-coopératives", comme des astéroïdes ou des débris spatiaux.

Pendant les six mois environ durant lesquels il restera amarré à la Station, l'ATV pourra aussi servir d'espace de stockage et de lieu de travail supplémentaire pour les astronautes. Il contribuera en outre à rehausser l'orbite de l'ISS. A la fin de sa mission, le cargo sera rempli des déchets non dangereux produits à bord de la Station. Il se détachera de l'ISS et plongera vers l'atmosphère terrestre où il se consumera avec sa cargaison.

L'Agence spatiale européenne (ESA) en aura alors terminé avec le programme ATV, contribution à l'ISS, un programme dont le coût total s'élève à 4,2 milliards d'euros, selon l'ESA. Avec la fin des ATV, l'ISS sera ravitaillée par des vaisseaux russes Progress et des cargos opérés par des sociétés privées américaines sous contrat avec la Nasa, SpaceX (Dragon) et Orbital Sciences (Cygnus).