VIDEO. Sept minutes sous haute tension : comment le rover Perseverance va se poser sur Mars

Sept minutes après son entrée dans l'atmosphère martienne, le rover Perseverance sera posé sur le sol de la planète rouge. Sinon, il sera certainement perdu à tout jamais. franceinfo vous explique comment doit se passer cet "amarssissage" à haut risque. 

Nasa

Quand la Nasa recevra le message que Perseverance est entré dans l’atmosphère martienne, jeudi 18 février, le destin du rover sera déjà scellé. En effet, le signal radio émis par Perseverance met exactement 11 minutes et 22 secondes à parcourir à la vitesse de la lumière les 205 millions de kilomètres qui séparent la Terre de Mars. L’arrivée du robot mobile a donc été totalement automatisée par les ingénieurs de la Nasa. Une arrivée à suivre sur franceinfo.fr, le site de la Nasa ou, en français, sur le site du Cnes.   

Sept minutes avant l'atterrissage

Depuis son lancement le 30 juillet 2020, Perseverance a parcouru 471 millions de kilomètres, à une vitesse de croisière d’environ 85 000 km/h. Au moment où il entre dans l’atmosphère martienne, il ne lui reste plus qu’une cinquantaine de kilomètres de descente pour rejoindre son terrain d’exploration.

Mais ces sept minutes de vol sont les plus périlleuses de son long voyage. À cet instant, la vitesse de la capsule transportant Perseverance est encore d’environ 20 000 km/h. Plus la capsule s’enfonce dans l’atmosphère martienne, plus la température de sa carlingue monte, à plus de 1 300°C. Protégé par son bouclier thermique, cette friction avec l’atmosphère de la planère rouge ralentit énormément la capsule.

Quatre minutes avant l'atterrissage

La vitesse de la capsule a été réduite à 1 200 km/h, soit à peu près la vitesse du son. C’est à ce moment que la capsule va déclencher son parachute supersonique à partir de la coque arrière. Ce parachute a été conçu sur la base de celui qui a permis à Curiosity, le prédécesseur de Perseverance, d’atterrir avec succès sur la planète rouge en 2012.

La toile de ce parachute fait 21,5 mètres de large, l’équivalent d’une grande maison, et se déploie en moins d’une demi-seconde. Retour à bord de la capsule dans laquelle voyage Perseverance : un outil à bord reçoit les informations sur la vitesse et l’altitude. Ainsi, il peut déclencher le parachute supersonique à l’exact bon moment. Le freinage lié au parachute réduit la vitesse de la capsule à 300 km/h. 

Deux minutes avant l'atterrissage

La phase la plus dangereuse est encore à venir. À 4 kilomètres d’altitude de la surface martienne, le rover et son Sky Crane (le nom de sa grue spatiale) sont largués de la capsule dans laquelle ils voyagent depuis près de sept mois. Peu après, les huit rétrofusées du Sky Crane se mettent en route pour petit à petit réduire sa vitesse à 30 km/h, stabiliser l’engin et se placer à 20 mètres d’altitude de son lieu d'atterrissage, qui se situe dans le cratère Jezero.

Dans 30 secondes, Perseverance va toucher le sol martien. C’est alors que, grâce à trois câbles en nylon, le Sky Crane de Perseverance dépose tout doucement sur le sol de Mars l’engin à 2,5 milliards de dollars. Les câbles doivent alors se détacher du rover le plus vite possible. Le risque, c’est qu’il soit traîné par sa grue volante. Celle-ci est progammée pour aller s'écraser à quelques dizaines de mètres de là. 

11 minutes plus tard, les scientifiques de la Nasa sauront si le rover peut commencer sa mission : rechercher des preuves de traces de vie ancienne sur la planète rouge.  

Le rover Perseverance lors de tests au Kennedy Space Center (Floride)
Le rover Perseverance lors de tests au Kennedy Space Center (Floride) (- / NASA)