Cet article date de plus de neuf ans.

Marisol Touraine veut rembourser à 100% la contraception pour les jeunes filles

La ministre de la Santé, Marisol Touraine veut proposer un amendement prévoyant le remboursement à 100% de la contraception pour les jeunes filles de 15 à 18 ans. Une mesure qui accompagnerait le remboursement à 100% de l'IVG, déjà inscrit dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Stephane Mahe Reuters)

Rembourser totalement la
contraception pour les jeunes filles de 15 à 18 ans. C'est une des annonces
principales annoncées par la ministre de la Santé dans une interview au journal
Les Echos mardi. Le remboursement total de l'IVG est déjà prévu dans le projet
de loi de financement de la Sécurité sociale. Marisol Touraine se dit également
favorable au principe d'une taxe sur les boissons énergisante.

Le remboursement à 100%
de la contraception pour les 15-18 ans

L'Assemblée nationale entame
cet après-midi l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale
pour 2013. Un plan d'économies de 2,4 milliards d'euros pour l'assurance
maladie est mis en place. Des recettes supplémentaires de 5 milliards d'euros
pour les comptes sociaux sont prévues.

Des recettes massives
mais peu de réformes structurelles pour maîtriser les dépenses de santé ? "Ce
n'est pas exact, c'est un projet de protection des Français"
, répond
Marisol Touraine. Et de brandir un amendement fort, qu'elle veut proposer pour
étendre les "droits sociaux des assurés" :

"Je présenterai au
nom du gouvernement un amendement qui propose le remboursement intégral par la
Sécurité sociale de la contraception pour les jeunes filles de 15 à 18 ans." (Marisol Touraine)

C'est une "volonté louable" pour Véronique Sehier, membre du bureau national du planning familial mais qui pose des problèmes de mise en pratique. 

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.