Les humains ont de la compassion pour les robots

Deux études allemandes montrent que le cerveau humain réagit de manière similaire quand un robot et un humain sont maltraités.

Deux études le prouvent : les humains éprouvent de l\'empathie pour les robots, mais moins que pour leurs pairs.
Deux études le prouvent : les humains éprouvent de l'empathie pour les robots, mais moins que pour leurs pairs. (IAN MCDONNELL / GETTY IMAGES)

Dans Star Wars, vous compatissez pour R2D2 lorsqu'il tombe ? Vous fondez pour les grands yeux tristes de Wall-E, devant le dessin animé du même nom ? Plus récemment, vous vous êtes attachés aux robots humanoïdes de la série Real Humans, sur Arte ? C'est normal. Deux études allemandes le prouvent, relayées par Le Figaro, mercredi 24 avril : les humains peuvent ressentir de l'empathie pour des robots qui reçoivent des mauvais traitements.

Pour en arriver à ce résultat, des chercheurs allemands ont mené deux études distinctes. Dans la première, à l'université de Duisbourg, ils ont montré à quarante personnes une vidéo dans laquelle un robot en forme de dinosaure, reçoit un traitement parfois violent (vidéo ci-dessous), parfois tendre.

L'empathie pour l'humain reste plus forte

Les participants ont confié à l'issue de la projection avoir "mal vécu" les scènes de maltraitance. L'enregistrement de certaines données comme la conductivité électrique de leur peau l'a confirmé, explique Live Science (en anglais). Face aux violences infligées au petit dinosaure électrotronique, les spectateurs ont transpiré et leur peau est ainsi devenue un meilleur conducteur d'électricité.

Dans une seconde expérience, menée à Essen, les chercheurs ont fait appel à l'imagerie médicale pour mesurer et comparer l'activité cérébrale des participants, devant des interactions "homme-homme (ou femme)" et "homme-robot". Des humains et des robots ont été tour-à-tour choyés et malmenés sous leurs yeux. Les résultats montrent que les cobayes ont là aussi fait preuve d'empathie pour les robots, mais moins que pour les humains.