Les Aborigènes australiens constituent la civilisation la plus ancienne sur Terre

Des scientifiques se sont penchés sur l'ADN de personnes appartenant à la communauté indigène, ainsi qu'à celui de Papous.

Des danseurs se produisent à l\'occasion d\'un festival célébrant l\'histoire du peuple aborigène, à Sidney, le 6 septembre 2015. 
Des danseurs se produisent à l'occasion d'un festival célébrant l'histoire du peuple aborigène, à Sidney, le 6 septembre 2015.  (CITIZENSIDE/THINKING MEDIA / CITIZENSIDE / AFP)

Dans l'histoire de l'humanité, les civilisations vont et viennent, se croisent ou disparaissent. Mais il y en a une qui s'est maintenue pendant plus de 50 000 ans, rapporte The Guardian (en anglais), mercredi 21 septembre. Selon une étude réalisée à partir de l'ADN de personnes appartenant à la population indigène d'Australie et de Papouasie-Nouvelle-Guinée, ils appartiendraient donc à la civilisation la plus ancestrale de la planète. 

Ces travaux de recherche, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature (en anglais), contribuent à faire la lumière sur la façon dont les premiers hommes, apparus sur le continent africain, se sont dispersés à travers le monde, formant des populations distinctes, s'enthousiasme le quotidien britannique.

Les premiers explorateurs

Cette étude, qui s'appuie sur l'analyse de l'ADN de 83 Aborigènes d'Australie et de 25 Papous, montre que ces groupes ethniques trouvent leurs origines chez les premiers arrivants sur ce continent, où ils sont restés isolés jusqu'à il y a environ 4 000 ans, explique le quotidien. 

"Maintenant, nous savons que leurs ancêtres ont été les premiers vrais explorateurs de l'histoire de l'humanité", a expliqué au Guardian le professeur Eske Willerslev, généticien de l'université de Copenhague (Danemark), qui a dirigé l'étude. "Nos ancètres, dit le Danois, avaient peur de s'aventurer à travers le monde, tandis que les leurs se sont lancés dans ce long voyage à travers l'Asie et l'océan."