Cet article date de plus de cinq ans.

Le prix Nobel de médecine décerné à trois chercheurs pour des traitements contre le paludisme et des maladies parasitaires

Les lauréats récompensés lundi sont William C. Campbell, Satoshi Ōmura et Youyou Tu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Urban Lendahl, le secrétaire du comité Nobel pour la médecine, le 5 octobre 2015 à Stockholm (Suède) lors de l'annonce du prix Nobel de la discipline. (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)

Le prix Nobel de médecine, d'un montant de 850 000 euros, a été décerné, lundi 5 octobre à Stockholm (Suède), à trois chercheurs pour leurs découvertes sur des traitements contre le paludisme et plusieurs maladies parasitaires. Les trois lauréats 2015 sont l'Irlandais William C. Campbell, le Japonais Satoshi Omura et la Chinoise Youyou Tu. 

Pourquoi ont-ils été récompensés ?

William C. Campbell et Satoshi Omura sont récompensés ensemble pour "leurs travaux sur un nouveau traitement contre les infections causées par des vers", tandis que Youyou Tu est primée pour "ses découvertes concernant une nouvelle thérapie contre le paludisme", également appelé malaria.

William C. Campbell et Satoshi Omura ont remporté la moitié du prix pour la découverte d'un médicament, l'avermectine, qui a notamment aidé à lutter contre la cécité des rivières et la filariose lymphatique (plus connue sous le nom d'éléphantiasis). Youyou Tu a, pour sa part, découvert l'artémisinine, qui a réduit de façon importante le taux de mortalité des patients atteints de paludisme, précise le communiqué de l'Assemblée Nobel.

Quel est l'enjeu de ces recherches ?

"Les lauréats du Nobel de cette année ont développé des thérapies qui ont révolutionné le traitement de certaines des maladies parasitaires les plus dévastatrices", explique l'Assemblée.

"Ces deux découvertes ont fourni à l'humanité de puissants moyens de combattre ces maladies invalidantes qui touchent des centaines de millions de personnes chaque année, poursuit l'institution. Les conséquences en ce qui concerne l'amélioration de la santé humaine et la diminution de la souffrance sont incommensurables." Selon elle, "les maladies parasitaires touchent particulièrement les populations les plus pauvres du monde et représentent un obstacle immense à l'amélioration de la santé et du bien-être humains".

Malgré les progrès rapides dans le contrôle du paludisme ces dix dernières années, la maladie tue encore plus de 500 000 personnes chaque année, notamment des enfants en Afrique. Une infographie du comité Nobel montre les zones les plus concernées par la lutte contre les maladies parasitaires récompensée cette année :

Que sait-on de leurs découvertes ?

Les dérivés de l'avermectine, mis au point par William C. Campbell et Satoshi Omura, "ont radicalement diminué la prévalence de la cécité des rivières et la filariose lymphatique, tout en montrant de l'efficacité contre un nombre de plus en plus grand d'autres maladies parasitaires", estime le Nobel.

Quant à Youyou Tu, elle avait commencé ses recherches en combinant les textes médicaux chinois anciens et les remèdes populaires, collectant deux milliers de "remèdes" potentiels à partir desquels son équipe a fabriqué 380 extraits de plantes.

Un de ces extraits provenant de l'absinthe (Artemisia absinthium) s'est montré prometteur chez des souris. S'inspirant d'un document ancien, Youyou Tu a modifié le processus d'extraction de cette substance pour la rendre plus efficace avant d'isoler, au début des années 1970, l'ingrédient actif de l'absinthe, à savoir l'artémisinine. C'est devenu le traitement le plus efficace et sûr contre le paludisme, maladie qui touche près de 200 millions de personnes par an.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.