Cet article date de plus de neuf ans.

Le mystère des rayures du zèbre résolu ?

Le zèbre a des bandes noires et blanches pour se protéger des taons, soutiennent des chercheurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un zèbre dans un parc en Namibie. (AFP / JÖRG HEIMANN)

Papa, pourquoi le zèbre a des rayures ? Le mystère s'estompe. A en croire des chercheurs hongrois et suédois, c'est pour se protéger des taons assoiffés de sang, rapporte le site internet de la BBC (en anglais).

Cela fait des dizaines d'années que les biologistes se grattent le crâne sur cette épineuse question. Dans une étude publiée dans le Journal of Experimental Biology, les chercheurs avancent que les rayures rendent l'équidé "sans attrait" pour ces mouches sanguinaires.

Des mouches dans la glu

Les biologistes ont comparé la manière dont la lumière se reflétait sur des chevaux à la robe noire, marron ou blanche, explique Susanne Akesson, de l'université de Lund (Suède), qui a participé à l'étude. "Nous avons découvert que pour les chevaux noirs et marrons, nous avions une lumière polarisée horizontalement", explique la chercheuse. Cela rend ces chevaux très attractifs pour les taons, alors que les chevaux à la robe blanche sont moins attrayants, car la lumière rebondit dans tous les sens.

Les scientifiques se sont ensuite demandé ce qu'il en était pour les zèbres. Dans un hara hongrois, ils ont peinturluré de la colle à insectes sur des tableaux de plusieurs types : noirs, blancs et peints de zébrures de tailles différentes. Résultat : plus les rayures ressemblent à celles du zèbre, moins on récolte de mouches. L'expérience a été réitérée en 3D sur des chevaux de bois, les mouches étant récoltées tous les deux jours : même conclusion.



Camouflage

"L'étude est rigoureuse et fascinante", s'est ému au micro de BBC Nature le biologiste de l'université de Manchester Matthew Cobb. Mais elle n'exclut pas d'autres hypothèses. "Avant tout, pour démontrer que cette explication est la bonne, les auteurs devraient montrer que la piqûre du taon est un critère de sélection majeur, mais pas chez les chevaux et les ânes que l'on trouve ailleurs dans le monde... et qui ne sont pas zébrés", a-t-il dit à la BBC, suggérant qu'il pouvait y avoir plusieurs explications, comme le camouflage (articles en anglais).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.