Cet article date de plus de six ans.

La capsule Dragon s’est bien arrimée à la Station spatiale internationale

La Nasa a annoncé lundi que la capsule Dragon de la société SpaceX avait bien atteint la Station spatiale internationale. Elle y livrera des approvisionnements et du matériel scientifique. Une réussite après l'échec de la récupération du lanceur samedi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La capsule bien arrimée, fait face à la Terre © Capture d'écran Nasa)

10h54, ce lundi, la capsule Dragon se fixe au bras télémanipulateur de la station Spatiale internationale (ISS), avec vingt minutes d'avance. Elle va rester amarrer un mois, le temps de charger les déchets de la station et surtout les rapports des précédentes expériences scientifiques (ce qu'elle est la seule à pouvoir faire).

La société privée américaine Space X a envoyé cette capsule pour livrer 2,2 tonnes de matériel d’expérience scientifique, des pièces de rechange et des provisions aux spationautes. C'est la cinquième mission de ravitaillement effectuée par Space X, qui a un contrat de 1,6 milliard de dollars avec la Nasa portant sur douze missions. Le matériel apporté, notamment un instrument d'observation des nuages, devrait permettre un meilleur repérage des changements climatiques par les météorologistes.

Au final, cette mission est un demi-succès pour la société. Après deux ans de développement, SpaceX ambitionnait de récupérer le premier étage de la capsule, ce qui aurait été une première dans l'histoire de l'aérospatiale. Le premier étage permet la propulsion de la fusée et se désolidarise après le lancement. Il a certes été récupéré mais son atterrissage à haute vitesse sur la plate-forme qui l'attendait dans l'Atlantique l'a en partie détruit.

 

Récupérer le premier étage des fusées permettrait de baisser considérablement les coûts de lancement. Sur ce projet, Space X est en concurrence avec Arianespace, société européenne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.