Temples d'Angkor : sous la pression des touristes

Les temples d'Angkor, au Cambodge, sont parmi les sites archéologiques les plus beaux et visités au monde. Cinq millions de touristes s'y rendent chaque année. Une surfréquentation aux conséquences dramatiques : pollution, embouteillages, détérioration du site. Reportage.

Cette vidéo n'est plus disponible
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

400km² de forêt tropicale où se retrouve, éparpillée, une foule de temples millénaires, vestiges du royaume khmer. Voici encore un site exceptionnel, qui attire le monde entier. Cinq millions de visiteurs en 2017, probablement 10 millions en 2025. Le temple d'Angkor Wat est le plus visité. Ici, il faut savoir attendre pour prendre la photo parfaite. Dans les autres temples, c'est le même constat. Bayon et ses visages sculptés dans la pierre ressemblent parfois à un parc d'attractions bondé. Plus loin, Ta Prohm, édifice célèbre pour ses arbres géants qui ont inspiré Hollywood, connait le même succès.

Des temples qui tombent en ruines

Un succès qui peut s'avérer dévastateur, d'après le guide de groupe de Français. Et donc, c'est l'effondrement de murs entiers qui étaient soutenus par les arbres, mais ce n'est pas tout. Angkor est donc victime de son propre succès. Et justement, dans certains endroits, la restauration est en cours. Ce temple a été complètement fermé au public. C'est un des plus vieux, il a plus de 1 000 ans. Les briques menaçaient de se détacher. Il y a pour le moment une dizaine de chantiers sur tout le site d'Angkor. D'ici quelques mois, des règles devraient être mises en place pour limiter le nombre de visiteurs ; peut-être des quotas par jour ou des créneaux horaires pour chaque temple. L'autorité cambodgienne qui gère le site n'a pas encore pris de décision. À l'origine, seuls les prêtres et non des millions de visiteurs pouvaient venir au sommet des temples. À l'avenir, les amoureux d'Histoire devront donc se plier à de nouvelles règles pour avoir une change de visiter le plus grand site archéologique du monde. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Moines boudhistes marchant vers Angkor Wat.
Moines boudhistes marchant vers Angkor Wat. (MATTEO COLOMBO / MOMENT RM / GETTY IMAGES)