VIDEO. Guerre 14-18 : retour sur l'histoire des fusillés de 1917

Une famille a décidé de repartir à la découverte des lieux liés au destin de leur aïeul, un caporal nommé Albert Truton, qui a été fusillé pour avoir refusé de monter au front.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Lorsqu'on monte au Chemin des Dames pour la première fois, il y a toujours un moment d'égarement à l'idée que 200 000 soldats français et allemands y sont tombés en deux semaines. L'un de ceux qui ont échappé à cette boucherie s'appelait Albert Truton. Cultivateur à Nocé (Orne), il était caporal au 75e régiment d'infanterie. Après 1 000 jours de guerre, de boue et d'amis morts, il stationnait à Pargnan (Aisne), dans une grotte. Longtemps, la famille Truton n'a rien su de ce qu'il s'est passé le 7 juin 1917. Mais Josiane, sa petite-fille, a décidé de retrouver les traces de son grand-père.

"Ne te fais pas de chagrin"

Ce soir-là, le moral des troupes est au plus bas, alors une fête est organisée. Ivres, les soldats rentrent dans la grotte et refusent de remonter en ligne. Le lieutenant punit cette mutinerie collective en révolte individuelle. Neuf hommes sont arrêtés, dont Albert Truton. Il sera exécuté dix jours plus tard.

Émue, Josiane fixe les parois de la grotte. "Revivre ça avec les enfants, c'est quand même assez difficile", décrit-elle. Albert faisait partie de 60 000 hommes qui ont osé dire non à la guerre. Il a néanmoins laissé une trace, en écrivant une lettre à sa femme qui ne lui est jamais parvenue. "Ne te fais pas de chagrin, il y en a assez d'un qui se fasse du mauvais sang", lui écrivait-il, quelques jours avant sa mort.

Le JT
Les autres sujets du JT
Albert Truton
Albert Truton (FRANCE 3)