Politique : "le danger de la démocratie, c’est l’individualisme"

Le directeur de la rédaction de "Philosophie Magazine" Alexandre Lacroix est invité sur le plateau du Soir 3. Il y parle notamment d’Alexis de Tocqueville.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Alors qu’Emmanuel Macron a lancé les hostilités mardi 15 janvier dans l’Eure, le grand débat national est en cours. Va-t-il être un grand exercice de démocratie ? Le ministre de l’Éducation nationale a évoqué un "moment tocquevillien", un concept sur lequel Alexandre Lacroix, directeur de la rédaction de "Philosophie Magazine", a souhaité réagir. "Alexis de Tocqueville est un rejeton de l’aristocratie française. Né en 1805, il est nostalgique de l’ancien régime, mais il sait qu’on ne pourra pas arrêter le processus qui a commencé avec la révolution, que donc la démocratie est en marche. Il va aux États-Unis, il observe et il publie à l’âge de 30 ans un chef-d’œuvre : ‘De la démocratie en Amérique.’ Ce qu’il a vu, c’est que dans un pays qui a des institutions démocratiques, il y a une sorte de passion de l’égalité qui est à l’œuvre."

"La passion de l’égalité n’a pas de frein"

Alexandre Lacroix a ensuite poursuivi son explication. "Sous l’ancien régime, on se compare entre pairs : le paysan compare sa situation à celle d’un autre paysan, l’aristocrate compare son domaine à celui d’un autre aristocrate de même rang. Ce qui se passe en démocratie, c’est qu’un paysan peut comparer sa situation à celle de Bernard Arnault ou de Liliane Betancourt, c’est-à-dire que la passion de l’égalité n’a pas de frein. Le coup de génie de Tocqueville est au-delà. Il dit que cette passion de l’égalité peut engendrer un conflit, une rivalité permanente, c’est-à-dire le désir de se démarquer. Ça peut créer une sorte de conflit des egos, ou plutôt des citoyens qui sont égaux en droit, mais qui constatent qu’ils sont inégaux dans les faits. Cela peut créer quasiment une guerre contre tous et c’est cela le danger de la démocratie, c’est l’individualisme."

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans plusieurs mairies, des cahiers de doléances ont été mis à disposition des habitants, dans le cadre du grand débat national.
Dans plusieurs mairies, des cahiers de doléances ont été mis à disposition des habitants, dans le cadre du grand débat national. (VALERY HACHE / AFP)