Jeux olympiques de 1968 : l'histoire du poing levé de Tommie Smith

Le champion olympique du 200 mètres a osé lever le poing sur le podium des Jeux de Mexico de 1968, afin de protester contre le racisme aux États-Unis.

France 3

C'est un geste entré dans l'histoire. Il y a 50 ans, en 1968 aux Jeux olympiques de Mexico, deux athlètes américains montent sur le podium du 200 mètres en brandissant leur poing ganté de noir au moment de l'hymne. Un geste osé de Tommie Smith et John Carlos en faveur de la cause des noirs aux États-Unis, perçu comme une insulte au pays par une patrie de l'opinion, mais qui inspire toujours plusieurs sportifs aujourd'hui.

Le racisme américain exposé aux yeux du monde

À l'époque, la ségrégation battait son plein au pays de l'Oncle Sam, et la décennie sanglante se terminait en 1969 par l'assassinat de Martin Luther King. "Le message qu'on voulait faire passer, c'est monter aux gens que nous, sportifs, nous étions prêts à nous battre pour défendre nos droits", expliquait Tommie Smith en 2008. "Le monde entier sait depuis 1968, que les États-Unis c'est aussi le pays de la ségrégation et du racisme", rappelle pour sa part l'historien François Durpaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le 16 octobre 1968, Tommie Smith et John Carlos lèvent un poing ganté de noir sur le podium du 200 mètres pour dénoncer les inégalités raciales.
Le 16 octobre 1968, Tommie Smith et John Carlos lèvent un poing ganté de noir sur le podium du 200 mètres pour dénoncer les inégalités raciales. (EPU / AFP)