Dinosaures : des monstres aux enchères

Pourquoi les prix des squelettes de dinosaures d'affolent lors des ventes aux enchères ? À Paris, des acheteurs vont de disputer un allosaure et un camptosaurus.

Il a fallu 5 heures pour reconstituer le duel entre un allosaure et un camptosaurus. Le premier est un carnivore de 4,5 mètres de longueur, le second, un herbivore à peine plus petit. Ils appartiennent à un collectionneur européen qui va les mettre aux enchères. La commissaire-priseur, Isabelle Boudot de la Motte renseigne les potentiels acheteurs : "Le camptosaurus est estimé entre 500 000 et 700 000 euros, et l'allosaure entre 600 000 et 800 000 euros." Ces deux squelettes fossilisés ont été découverts aux États-Unis dans le Wyoming. Si on trouve des dinosaures partout sur la planète, c'est en Amérique du Nord qu'ils sont les plus nombreux et le mieux conservés. Les Américains baptisent la région entre le Montana et le Wyoming les "badlands", "les mauvaises terres" en français. Ce sont des zones où se trouvent des roches argileuses datant du Jurassique ou du Crétacé. Il y a des millions d'années, ce territoire était recouvert par une mer intérieure. Des zones humides donc, et riches en sédiments, une matière propice à la conservation des dinosaures. Les équipes de recherches, à 90% privées, fouillent ces terrains depuis des dizaines d'années.

Qui sont les acheteurs ?

En premier lieu, ce sont les musées. En 1997, le musée de Chicago s'est offert un tyrannosaure pour plus de 8 millions de dollars. Mais parmi les acquéreurs on trouve de plus en plus de collectionneurs privés. À Paris en avril dernier, un allosaure s'est vendu 1,4 million d'euros. Les dinosaures sont donc en passe de devenir des objets d'art.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les squelettes de deux dinosaures, vendus aux enchères, à Paris, le 11 avril 2018.
Les squelettes de deux dinosaures, vendus aux enchères, à Paris, le 11 avril 2018. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)