"Ce serait marrant d'acheter le peignoir de Marlene Dietrich" : à Paris, le Ritz met aux enchères 10 000 objets

Le mythique palace parisien, le Ritz, vend ses meubles et la légende qui les accompagne. Les enchères, qui commencent mardi, attire des acheteurs, mais aussi les curieux.

Le \"salon Proust\" du Ritz, exposé à la maison Artcurial le 11 avril 2018 à Paris.
Le "salon Proust" du Ritz, exposé à la maison Artcurial le 11 avril 2018 à Paris. (GERARD JULIEN / AFP)

Tout doit disparaitre ! Un an après sa réouverture, le mythique palace parisien, le Ritz se débarrasse d'une partie de son mobilier. La vente aux enchères commence mardi 17 avril et va durer cinq jours. Les 10 000 objets mis aux enchères étaient exposés toute la semaine dernière au siège de la maison de vente Artcurial, dans le 8e arrondissement de la capitale.

Cette exposition scénographiée a permis aux visiteurs de se plonger dans l'ambiance de l'époque, entre la suite impériale, le salon Proust, le Ritz bar ou encore la suite Coco Chanel.

Paris : curieux et potentiels acheteurs découvrent le mobilier du Ritz qui doit être dispersé aux enchères - un reportage de Thomas Larabi
--'--
--'--
Parmi les objets mis en vente, on trouve un fauteuil de barbier, un panier à chien style Louis XVI, de la vaisselle ou encore une baignoire de 1898, date de l'ouverture de l'hôtel. "Ce qui me plaît, ce sont les petits bars des chambres, confie Marie-Antoinette, une visiteuse captivée. Dans sa jeunesse, elle a fréquenté le bar et la piscine du palace. Si [le prix] ne s'envole pas, j'essaierai d'en avoir un comme souvenir. Ah, j'aimerais bien !" Les minibars estampillés "Ritz" sont estimés entre 400 et 600 euros.

Tous ces meubles n'ont pas de réelle valeur artistique, mais c'est la légende qui attire les acheteurs, comme Lionel : "On se dit que Marlene Dietrich était nue sous son peignoir, ce serait marrant d'acheter son peignoir", lance-t-il.

C'est un peu kitsch et amusant.Un visiteur de l'exposition Artcurialà franceinfo

Une série de linge de bain couleur pêche (peignoirs, pantoufles, serviettes) est en effet à vendre, au prix de départ, de 300 à 500 euros.

Les prix pourraient flamber

Les estimations oscillent entre 100 et 10 000 euros, mais les prix ont de grandes chances de flamber. Les acheteurs américains notamment pourraient être particulièrement intéressés : certains de leurs illustres écrivains ont en effet fréquenté le luxueux hôtel parisien, comme le prix Nobel de littérature Ernest Hemingway (1899-1961) et son ami Francis Scott Fitzgerald (1896-1940), l'auteur de Gatsby le magnifique.

"C'est une vente hors normes", confirme, confiant, Stéphane Aubert, commissaire-priseur et directeur associé d'Artcurial. C'est lui qui avait dirigé les très médiatiques ventes de mobilier d'autres grands palaces parisiens comme l’Hôtel Crillon et le Plaza Athénée en 2013.

C'est surtout une légende que nous passons sous le marteau.Stéphane Aubert, commissaire-priseurà franceinfo

"Il y a certains objets qui vont faire fois deux, poursuit-il. D'autres, fois trois, fois dix. Et si je peux faire plus de 10, pour le commissaire-priseur c'est formidable, c'est gagné. C'est la magie des enchères." Lors de la vente des meubles du Crillon, certains objets ont été adjugés pour 100 fois leur prix de départ.