Cet article date de plus de deux ans.

Pourquoi tout le monde parle du jeu vidéo "Red Dead Redemption 2"

Sorti sur les consoles Playstation 4 et Xbox One vendredi 26 octobre, huit ans et demi après son premier épisode, ce jeu vidéo propulse le joueur dans le far west américain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Dans "Red Dead Redemption 2", le joueur incarne Arthur Morgan, un hors-la-loi traqué par les chasseurs de primes et les autorités après un braquage qui a mal tourné. (ROCKSTAR GAMES)

"Ce jeu peut démultiplier le chiffre d'affaires du jeu vidéo cette année." Interrogé par Le Figaro (article payant), Emmanuel Martin, délégué général du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs, ne cache pas son excitation. Ce jeu, c'est Red Dead Redemption 2, développé par le studio Rockstar Games, déjà à l'origine de la célèbre saga Grand Theft Auto.

Sorti sur Playstation 4 et Xbox One vendredi 26 octobre, huit ans et demi après son premier épisode, Red Dead Redemption 2 propulse le joueur dans le far west américain, en 1899. Manette en main, on incarne Arthur Morgan, un hors-la-loi traqué par les chasseurs de primes et les autorités après un braquage qui a mal tourné. Franceinfo vous explique pourquoi la sortie de ce jeu vidéo est un véritable événement, comparable à la sortie d'un nouveau Star Wars au cinéma.

Parce que c'est le premier jeu de Rockstar Games depuis "GTA V"

Sorti en mai 2010, sur la précédente génération de consoles, le premier Red Dead Redemption s'était écoulé à 13 millions d'exemplaires dans le monde. Un excellent score, mais pas surprenant de la part de Rockstar Games. L'éditeur américain est en effet un habitué des cartons commerciaux, notamment avec la saga Grand Theft Auto.

Le cinquième et dernier épisode en date, GTA V, est sorti en 2013 et a rapporté à son éditeur quelque 6 milliards de dollars avec 100 millions de copies vendues. De quoi le placer au panthéon du jeu vidéo, aux côtés de titres comme Minecraft et Super Mario Bros.

Depuis, Rockstar Games n'a pas sorti le moindre jeu pour ce concentrer sur la suite de Red Dead Redemption, ce qui a alimenté les attentes des joueurs du monde entier. Interrogé par Le Figaro, Romain Renouvin, directeur "gaming" de la Fnac, dit s'attendre "à un énorme succès", et pour cause, puisque RDR 2 a établi un "record historique de précommandes sur le site" de l'enseigne.

Parce que l'univers de "Red Dead Redemption" s'annonce gigantesque

Red Dead Redemption 2 est manifestement une production monumentale. Dans un entretien accordé au site Vulture (en anglais), le cofondateur de Rockstar Games, Dan Houser, a indiqué que l'histoire principale du jeu, qui se terminerait en environ 65 heures de jeu, s'étalait sur un scénario de 2 000 pages. Lequel a précisé qu'en y ajoutant les dialogues et missions annexes, le tout formerait "une pile qui ferait presque 2,5 m de haut".

Pour mettre en images ce contenu, le studio a fait appel à 1 200 acteurs différents, dont 700 ont participé à l'enregistrement des 500 000 lignes de dialogues rédigées par les scénaristes. Afin d'enregistrer les 300 000 animations du jeu, l'équivalent de 2 200 journées de motion capture (une technique d'enregistrement des mouvements à l'aide de capteurs posés sur le corps) ont en outre été nécessaires.

Et pour repousser encore davantage les frontières de ce qui avait été produit auparavant, 200 espèces d'animaux différentes ont été modélisées en 3D. Excusez du peu.

Parce que les premières critiques sont dithyrambiques

A la différence de la plupart des studios qui abreuvent les journalistes de copies de leur jeu vidéo en avant-première pour que les tests soient publiés le jour de la sortie, Rockstar Games s'est payé le luxe de restreindre au maximum la liste des médias ayant pu jouer en avance à Red Dead Redemption 2, rapporte Numerama.

Les quelques médias ayant eu accès au jeu avant vendredi ont en tout cas manqué de mots pour saluer la performance du studio américain. Le site GameInformer évoque ainsi le "monde ouvert le plus animé jamais conçu", JeuxVideo.com qualifie le jeu d'"épopée, née des plus grands chefs-d'œuvre cinématographiques du genre", tandis que The Verge estime que le jeu représente "l'aboutissement des ambitions longtemps recherchées par le développeur".

La plateforme Metacritic, qui agrège les notes des différents médias, attribue à la version Xbox One du jeu le score de 98 sur 100. De quoi le propulser en deuxième place ex-aequo des jeux les mieux notés sur la plateforme, derrière The Legend of Zelda : Ocarina of Time, sorti en 1998 sur Nintendo 64.

Parce que les conditions de travail des concepteurs du jeu ont fait scandale

La seule fausse note dans ce concert de louanges est venue du cofondateur de Rockstar Games lui-même. Dans l'entretien à Vulture cité plus haut, Dan Houser indiquait avec une certaine fierté que les équipes de développement du jeu avaient dû effectuer plusieurs "semaines de travail de 100 heures" dans la dernière ligne droite de la production.

Cette petite phrase a provoqué un tollé sur les conditions de travail dans l'univers du jeu vidéo, où de nombreux employés se plaignent de l'existence d'une culture du "crunch", terme utilisé pour désigner le sprint final de la conception, qui a parfois tendance à s'éterniser et au cours duquel les équipes sont contraintes de largement dépasser le temps de travail légalement réglementé.

Des anciens et actuels employés de Rockstar Games ont depuis témoigné dans la presse. Sur le site spécialisé Kotaku (en anglais), un ancien membre des équipes du studio raconte au journaliste Jason Schreier ainsi qu'il y a "beaucoup de peur chez Rockstar : peur d'être viré, peur de sous-performer, peur de se faire engueuler, peur de livrer un mauvais jeu. La peur peut être une motivation pour certains, pour d'autres ça incite à la rébellion".

Un ancien testeur du studio interrogé par Le Monde (article payant) indiquait avoir travaillé "de quatorze à seize heures par jour, six jours par semaine", pendant une année entière. Et pas question pour lui de se plaindre.

On vous fait comprendre que vous avez de la chance d'être dans le jeu vidéo, principalement parce qu'il y a une liste sans fin de jeunes diplômés naïfs prêts à prendre votre place.

Un ancien testeur de Rockstar Games

au "Monde"

Face au scandale, Dan Houser a réagi dans un communiqué envoyé le 16 octobre à Kotaku. Il y assure que l'anecdote sur les semaines de travail de 100 heures ne concernait que lui et son cercle proche, coscénaristes volontaires, tout en jurant "n'exiger de personne qu'il travaille de cette manière". Des explications qui n'ont pas convaincu le journaliste Jason Schreier, qui a précisé sur Twitter que "Rockstar n'est pas le seul studio où la culture du 'crunch' est présente, mais est connu dans l'industrie pour être l'un des plus sévères" en la matière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.