Midem : quand la musique passe (aussi) par l'innovation technologique

Le Midem, le marché international de la musique, s’achève ce lundi à Cannes. Pendant quatre jours, le gratin de l’industrie musicale était présent pour découvrir, discuter et signer des contrats. Mais c’était aussi l’occasion pour des start-ups de présenter quelques nouveautés. Et dans le domaine de la musique, les innovations technologiques sont parfois étonnantes.

(La "zone decouverte" a l'interieur du Palais des Festivals © RADIO FRANCE / Yann Bertrand)

Imaginez que l’on puisse mesurer notre niveau d’émotion à l’écoute d’une chanson… En créant son entreprise HNL, pour "Heart Never Lies ", traduction "le cœur ne ment jamais ", forte de huit brevets et seize publications scientifiques, Antoine Deswarte a décidé de faire de la musique une science exacte. Pour cela, l’entrepreneur est allé chercher le professeur Régis Logier, au centre hospitalier de Lille, même si à l’origine, l’algorithme inventé par le médecin avait un tout autre objectif : définir le niveau de douleur d'un patient en incapacité de s'exprimer. Au Midem, les deux hommes ont vu défiler les producteurs sur leur stand, surtout les Américains qui s’imaginent déjà construire des tubes en limitant les prises de risques.

(Antoine Deswarte présente son invention, HNL © RADIO FRANCE/Yann Bertrand)

Le succès est également au rendez-vous pour The Best Song, une application pour téléphones portables créée il y a quelques semaines. Sur l’écran, des chansons importées de Deezer, Spotify ou Soundcloud défilent, et c’est à vous de voter pour vos favorites, connues ou pas. Sur le modèle d’une application de rencontres en ligne, ou d'un site type Trip Advisor, les "bons profils" remontent. "C'est l'humain, le fan, qui décide ce qui est bien, ce qu'il faut écouter dans un contexte où il y a beaucoup de musique, et les gens sont un peu perdus ", explique Yann Hervé, partenaire de The Best Song.

La musique reste au centre

Une vraie musique communautaire, celle que permet Internet ; de quoi envoyer The Best Song en finale du concours d’innovation du Midem, comme d’ailleurs la start-up niçoise Lucie Labs. Elle propose des bracelets connectés aux spectateurs d’un concert : les couleurs et la lumière changent au rythme de la musique sur scène. Pour développer cette idée, le PDG Yan-Lee Dajoux est parti d'un constat simple : "Les artistes ne gagnent pas d'argent avec la musique enregistrée, mais de plus en plus grâce aux concerts. Il faut donc apporter une expérience nouvelle, quelque chose qui justifie le prix du billet ".

(Le stand Lucie Labs © RADIO FRANCE / Yann Bertrand)

Innovations technologiques, scientifiques parfois déroutantes. Malgré tout, un point commun : il faudra toujours des musiciens et des chanteurs pour faire vivre la musique, et c’est plutôt rassurant.

Dans les allées du Midem, les innovations technologiques s'exposent : reportage de Yann Bertrand
--'--
--'--