Google se restructure et devient "Alphabet"

Google a annoncé lundi une réorganisation de sa structure via la création d'une nouvelle entité baptisée Alphabet, appelée à devenir la maison-mère de l'ensemble des activités du groupe, y compris du moteur de recherches sur internet.

(Google devient "Alphabet" © Reuters-Arnd Wiegmann)

Google change de nom. Le géant américain annonce ce lundi qu'il refond totalement sa structure pour se recentrer sur son coeur de métier. Google va devenir filiale à 100% d'une société appelée "Alphabet". Ce nouveau nom remplacera Google à Wall Street. Alphabet, dont Larry Page va prendre la direction générale, remplacera Google en tant qu'entité cotée en Bourse et toutes les actions Google vont être automatiquement transformées en titres Alphabet dotés des mêmes droits. 

"Cette nouvelle structure va nous permettre de maintenir une attention énorme sur les opportunités extraordinaires dont nous disposons au sein de Google ", a écrit Larry Page, actuel directeur général de Google, dans un message sur son blog. Sundar Pichai deviendra le nouveau directeur général de Google, dont Ruth Porat restera la directrice financière. Larry Page et Sergey Brin, les fondateurs de Google, prendront la direction d'Alphabet en tant que directeur général et président.

Rassurer les actionnaires

Dans le cadre de cette nouvelle structure, Google conservera les principales activités du groupe, telles que les recherches sur internet, la publicité, la cartographie, les applications, le système d'exploitation Android, YouTube et les infrastructures techniques. Certaines filiales, comme Nest, le fabricant de thermomètres connectés, ou Calico, un laboratoire de recherche sur la longévité humaine, sortiront du périmètre de Google pour passer sous le contrôle d'Alphabet. 

Alphabet est crée pour rassurer les actionnaires sur la manière dont Google distingue la gestion de ses activités les plus lucratives. Elle prépare par ailleurs l'avenir à long terme dépensant une fraction de ses proftis colossaux sur des projets audacieux aux perspectives de rentabilité aléatoire, par exemple les robots, les drones et les voitures sans chauffeur. Cette annonce a fait grimper l'action de 3,8% dans les transactions après la séance à Wall Street.

A New York, Pierre-Yves Dugua explique la restructuration de Google
--'--
--'--