Cet article date de plus de huit ans.

Données personnelles : la Cnil met Google en garde

Le géant de la recherche change ce soir à minuit les conditions d'utilisation de tous ses services. Le gendarme français des données personnelles juge que "ces nouvelles règles ne respectent pas les exigences" européennes et demande un report de leur application.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

La phrase figure en gras
dans le courrier adressé à Larry Page, PDG de Google. "Les nouvelles
règles de Google ne respectent pas les exigences de la directive européenne sur
la protection des données
", écrit Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente
de la Cnil. La Commission nationale de l'informatique et des libertés est
chargée par ses homologues européens d'enquêter sur les nouvelles règles de
confidentialité de Google, qui entrent en vigueur ce soir à minuit.

Des dizaines de comptes, une
seule règle - et un seul fichier

Elle
se dit "très inquiète des nouvelles possibilités de croisement de donnée
entre les services
" et manifeste "de sérieux doutes sur leur licéité
et leur loyauté
". La Cnil demande "le report de leur mise en œuvre "
le temps de l’enquête.

La refonte implique la
fusion de 60 règles d'utilisation en une seule, destinée à régir la quasi
totalité des produits Google, du courrier électronique Gmail au
site de vidéos Youtube en passant par le réseau social Google+. Le géant
américain pourra donc recouper les informations saisies dans chacun de ces
canaux pour disposer d'une vision globale de chacun de ses utilisateurs.

Vers une publicité ciblée grâce
aux... appels téléphoniques

"Google pourra
suivre et associer une grande partie des activités des internautes, grâce à des
produits comme Android, Analytics ou ses
services de publicité
", s’inquiète la CNIL. "Par exemple, les
nouvelles règles autoriseraient Google à afficher sur Youtube des publicités
liées à l'activité de l'utilisateur sur son téléphone Android (dont l'heure et les numéros de
téléphone de chaque appel) et à sa
localisation
".

"Nous sommes
convaincus que nous avons trouvé un juste équilibre" avec les différentes
recommandations de l'Union européenne : simplifier nos politiques tout en
fournissant une information complète aux utilisateurs
", se défend le
responsable de la protection des données personnelles chez Google.

La Cnil a
infligé l'année dernière une amende de 100.000 euros à Google. L’entreprise avait collecté des données privées à travers les capteurs des voitures chargées de prendre des photos pour le programme de cartographie enrichie Street View.

Oeuvres liées

{% document %}

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.