Cet article date de plus de neuf ans.

Apple-Samsung : le procès à l'heure des délibérations

Les deux leaders du marché des smartphones s'affrontent depuis plus de trois semaines dans le plus grand procès pour violation de brevets aux États-Unis. Le jury chargé de trancher le conflit entame mercredi les délibérations. En jeu : la suprématie sur le marché mondial des smartphones et des tablettes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le jury chargé de trancher entre la firme à la pomme et le géant sud-coréen a débuté mercredi ses délibérations en Californie. Apple accuse son principal concurrent Samsung d'avoir délibérément copié le design et certaines fonctions de sa tablette iPad et de l'iPhone. Outre une interdiction de vente, Apple réclame plus de 2,5 milliards de dollars de dommages et intérêts à la firme sud-coréenne Samsung. Une audience a permis lundi et mardi aux avocats des deux géants du téléphone portable d'abattre leurs dernières cartes.

"Un écran
rectangle aux angles arrondis"

Pour Charles Verhoeyen, avocat de Samsung, nul doute qu'un jugement favorable à Apple freinerait la concurence et pénaliserait les consommateurs. "Plutôt que de se
battre sur le marché, Apple cherche à obtenir en justice
un avantage concurrentiel"
, a-t-il déclaré.

"Apple pense être en droit de détenir un monopole sur un écran rectangle aux angles
arrondis doté d'un écran large. C'est vraiment incroyable!"

"Il n'y a pas de tromperie, pas de confusion chez les clients, et Apple
n'a fourni aucune preuve du contraire. Si vous leur donnez raison,
c'est tout le paysage de la concurrence qui en sera changé"
: ajoute-t-il. Pas seulement. La victoire d'Apple aurait un impact sur l'ensemble du secteur, les produits Samsungs utilisant le système d'exploitation Android développé par Google. Et le géant sud-coréen va plus loin. Samsung accuse de son côté la firme californienne d'avoir enfreint plusieurs de ses propres brevets.

"Faites les vous-mêmes"

Au cours d'argumentaires fondés sur des courriers électroniques internes, ou encore des témoignages d'ingénieurs et de designers, les deux groupes se sont lancés à corps perdus dans leurs plaidoiries. Ainsi, Apple a décidé de transmettre au jury de nombreuses maquettes de l'iPhone.

L'avocat d'Apple, Harold McElhinny s'est également appuyé sur le témoignage d'une salariée sud-coréenne qui a affirmé avoir travaillé jour et nuit pendant trois mois à la conception des téléphones portables de Samsung. "Au cours de ces
trois mois décisifs, Samsung a pu copier et intégrer les résultats de quatre
ans d'investissements, de dur labeur et d'innovation d'Apple
sans prendre le moindre risque"
, a-t-il déploré.

"Tout ce que nous disons,
c'est : 'Faites les vous-mêmes'" (Apple)

Par ailleurs, Harol McElhinny n'a pas manqué de rappeler la réunion de février 2010 entre des responsables de Samsung et Google au cours de laquelle les responsables du moteur de recherche avaient demandé à Samsung de cesser d'imiter trop exagérément l'iPad. Recommandations que Samsung n'a pas suivies pour l'avocat.

Malgré une tentative de négociation entre les deux groupes, sur conseil de la juge Lucy Koh estimant que l'affaire présentait "des risques pour les deux parties" , aucun accord n'a été trouvé. Les membres du jury devront donc s'armer de courage pour trancher entre Apple et Samsung. Mardi, la juge a lu les 109 pages d'instructions et le jury doit maintenant remplir le formulaire de verdict d'une vingtaine de pages, au vocabulaire techniquement relevé!

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers High Tech

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.