Amazon va ouvrir un 4e centre de distribution en France

Le géant américain de la vente sur Internet a confirmé lundi l'ouverture d'un nouveau site de distribution. A terme, il devrait permettre la création de 2.500 emplois à Lauwin-Planque, dans le Nord. Une annonce qui intervient alors que le fisc français réclame plus de 250 millions de dollars au distributeur.

(Stéphane Marc Maxppp)

Il y aura bien un
quatrième centre de distribution d'Amazon en France. L'information était
révélée jeudi dernier par le quotidien Le Figaro, elle a été confirmée ce lundi
par un communiqué du groupe américain. Ce quatrième centre de distribution sera situé à Lauwin-Planque,
dans le Nord. Il devrait permettre de traiter plus facilement les commandes
dans le nord de la France et de l'Europe.

Lorsque l'information a
été révélée par le Figaro la semaine dernière, Amazon avait déclaré que deux villes
du Nord-Pas-de-Calais étaient encore en concurrence, Douvrin et Lauwin-Planque. C'est ce dernier qui a finalement été choisi.

Le nouveau site viendra s'ajouter aux
trois centres actuels, à Saran dans le Loiret, à Montélimar dans la Drôme
et à Sevrey (Saône-et-Loire), le plus récent, ouvert en septembre
dernier. Chacun de ces sites emploient jusqu'à 1.400 personnes en permanence.
Celui de Lauwin-Planque pourra " s'étendre jusqu'à 90.000 mètres
carrés
" et intègrera " au terme de son développement, d'ici
2015, jusqu'à 2.500 emplois en période de haute activité
" .

200 millions d'euros de
pénalités au fisc

Amazon a confirmé cette
nouvelle ouverture alors que le groupe a révélé, à la mi-novembre, que le fisc
français lui réclame 252 millions de dollars en pénalités d'impôts, soit près
de 200 millions d'euros. Cette dette correspondrait à des chiffres d'affaires réalisés
en France mais déclarés à l'étranger.

Une dette avec laquelle le
groupe est "en désaccord " et qu'il compte contester. La raison : les
affaires françaises d'Amazon sont pilotées depuis le siège européen, situé au Luxembourg,
où la fiscalité est plus légère, notamment la TVA. Conséquence, en 2011, Amazon n'aurait déclaré
que 110 millions d'euros de chiffre d'affaires, et payé 3,3 millions en impôts.
En réalité, le groupe aurait engrangé 1,3 milliard d'euros de chiffres
d'affaires en France pour 2011.