Un ancien lac découvert sur Mars : "C’est un livre ouvert de l’histoire des écoulements d’eau sur cette planète !"

Le rover Perseverance arrivé sur Mars en février a livré jeudi des premiers résultats scientifiques confirmant l'intérêt de chercher des traces d'une vie ancienne sur son site d'atterrissage, un cratère ayant accueilli un lac il y a 3 milliards d'années. 

Article rédigé par
Boris Hallier - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le cratère, d'une surface d'environ 35 km de diamètre, a bien abrité un lac fermé, anciennement alimenté par une rivière via un delta, il y a entre 3,6 et 3 milliards d'années.  (Nasa)

Sept mois après l'arrivée sur le sol martien du robot Perseverance, des chercheurs français détaillent leurs premières observations dans un article paru jeudi 7 octobre dans la revue Science. Et ils le confirment : il y avait bien un lac, là où l'astromobile s'est posé en février dernier. Les scientifiques l'ont baptisé Jézéro. Cet énorme cratère a été choisi pour poser Perseverance car vu de haut, les chercheurs se doutaient bien qu'il s'agissait d'un ancien lac. La caméra du Rover, mise au point par Sylvestre Maurice, planétologue à Toulouse, est venue affiner leurs observations.

"L'image, spectaculaire, nous a sauté à la figure"

"Dès qu'on se pose, raconte-t-il, on met en route nos caméras, on met en route nos lasers, on vise une butte très loin. Et l'image, spectaculaire, nous a sauté à la figure. On voit l'histoire d'un lac qui se remplit via un delta, avec un écoulement catastrophique qui viendra par la suite."

"Ce lac est un lac fermé qui fait à peu près 35 kilomètres de diamètre : c'est très grand, presque deux fois la superficie du lac Léman."

Sylvestre Maurice, planétologue

à franceinfo

Contrairement au lac Léman, l'eau du cratère Jézéro a disparu il y a plus de trois milliards d'années. Mais les sédiments sont une mine d'or pour les planétologues."On va reprendre la route là très bientôt et aller vers le delta, justement, vers ces blocs que l'on a vus, poursuit le planétologue. Et on va voir des choses qui sont plutôt magmatiques, des choses qui sont plutôt sédimentaires. C'est vraiment un livre ouvert de l'histoire des écoulements d'eau sur Mars !" 

Perseverance a déjà collecté trois échantillons de roche martienne. Les scientifiques espèrent pouvoir en acheminer au moins une vingtaine sur terre, dans une dizaine d'années.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espace

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.