Thomas Pesquet dans l'ISS : être commandant de bord "ce n'est pas de la blague", assure le spationaute Jean-François Clervoy

Thomas Pesquet prendra quelques semaines le rôle de commandant de bord de la station spatiale internationale. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Thomas Pesquet et les autres membres de l'équipage à bord de la Station spatiale internationale (NASA TV HANDOUT / MAXPPP)

Un peu moins de 24 heures après le décollage, la capsule transportant le Français Thomas Pesquet et ses trois coéquipiers s'est correctement amarrée à la Station spatiale internationale (ISS) ce samedi. Les quatre astronautes ont réussi à rejoindre ensuite leurs collègues de l'ISS vers 13h45.

C'est donc parti pour la mission Alpha qui durera six mois, pendant laquelle le Français prendra quelques semaines, et pour la première fois, le rôle de commandant de bord de la station spatiale. Une tâche qui est loin d'"être une blague", selon Jean-François Clervoy, spationaute à l'Agence spatiale européenne (ESA).

Prend des décisions en cas d'incendie, de fuite d'air ou de diffusion de produits toxiques

"Même si Thomas ne sera commandant que durant quelques semaines à la fin de la mission, cela reste une vraie responsabilité. Il faut l'assumer", rappelle Jean-François Clervoy. En temps normal, si la mission se passe bien, c'est le directeur de vol, qui se trouve au sol qui prend la décision. Mais "s'il y a une perte de contact, le commandant de bord reprend la main. Il gère les trois urgences majeures qui nécessitent des décisions immédiates : le feu à bord, la fuite d'air ou lorsque des produits toxiques se répendent", précise le spationaute.

Le commandant de bord est aussi "le porte-parole de l'équipage. S'il y a un message à passer au centre de contrôle parce qu'ils ne sont pas d'accord avec un choix de planning, un choix de timing ou une opération à faire", ajoute Jean-François Clervoy.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Thomas Pesquet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.