REPLAY. "La sensation de flotter me manque" : revivez la conférence de presse de Thomas Pesquet

Quatre jours après son retour sur Terre, le spationaute français a donné une conférence de presse, mardi, à Cologne (Allemagne).

Ce qu'il faut savoir

Après plus de 200 jours passés à bord de la Station spatiale internationale, le spationaute français Thomas Pesquet a donné sa première conférence de presse, mardi 6 juin, à Cologne (Allemagne). Il a évoqué la vie à bord de l'ISS, son retour sur terre, mais aussi son avenir.

"Des odeurs auxquelles on n'était plus habituées." Thomas Pesquet a longuement évoqué ses sensations lorsqu'il a eu sa première bouffée d'air frais, vendredi, une fois à terre. "C'est des odeurs, des couleurs auxquelles on n'était plus habituées, explique-t-il. Ce qui était drôle, c'est que je sentais même le savon et le déodorant des gens qui étaient venus nous chercher."

"La sensation de flotter me manque." A peine revenu sur terre, le spationaute français dit déjà être en manque de "la sensation de flotter", "ça rend des choses super faciles, notamment pour s’habiller" ou "pour déplacer des charges très, très lourdes". "Dans l’espace, c’est de la rigolade."

"Dans l'ISS, la nourriture est toujours la même." Thomas Pesquet a longuement expliqué que "l'être humain s'habitue à tout. Au début, tu rebondis sur les murs, c'est génial. Puis au bout d'un moment, cela devient ton environnement normal. Le confort dans la station spatiale, c'est plutôt du camping." Sur la nourriture, il reconnaît que c'était "toujours la même dans l'ISS. Parfois, cela peut entraîner des tensions. Avec Peggy, on savait ce que préféraient l'un et l'autre, on faisait en sorte de se laisser nos aliments favoris".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PESQUET

12h45 : Merci pour tout. Mon fils ne parle que de vous à ses amis. Il a suivi les 6 mois et les directs à la télé. Carnaval : déguisé en astronaute. Fête d'anniversaire : thème de l'espace. Veut regarder tous les jours la lune avec son télescope. Merci beaucoup de faire rêver nos enfants !

12h45 : Monsieur Pesquet a rendu cette mission accessible à tous. Des milliers d'enfants et d'adultes ont pu s'imaginer à 400 km au dessus du Globe. Il a éveillé certaines curiosités pour les sciences. Bravo et merci

12h44 : Retour à la terre ferme après 200 jours passés à flotter. Thomas Pesquet est rentré de la Station spatiale internationale et a déjà donné sa première conférence de presse. Si vous l'avez ratée, pas de problème, vous pouvez la revoir en replay.

12h04 : Le spationaute français a aussi donné son point de vue sur l'utilisation qui est faite des photos qu'il a prises pendant son voyage. Il dit ne pas comprendre ceux qui lui reprochent par exemple de "ne pas avoir fait assez de photos de zones de conflits". "On ne peut pas tout me demander, explique-t-il. Je ne suis pas reporter, je ne suis pas photographe."

12h02 : Etre un cobaye "ça fait partie du boulot. Quand je fais une prise de sang, je ne suis pas ravi de voir arriver 22 éprouvettes mais c'est le boulot".

11h47 : Monsieur Pesquet vous nous avez fait rêver :)

11h43 : "Il y a beaucoup de gens qui travaillent au sol pour peu de gens qui travaillent en orbite."

11h37 : A peine revenu sur terre, le spationaute français dit déjà être en manque de "la sensation de flotter", "ça rend des choses super faciles, notamment pour s'habiller" ou "déplacer des charges très, très lourdes". "Dans l'espace, c'est de la rigolade."

11h43 : "Mes premiers petits plaisirs c'était de retrouver ma compagne. Sinon manger du fromage, prendre une douche."

11h31 : "De sortir de l'accord de Paris, je pense que c'est irresponsable. Il va falloir s'organiser pour que ça marche quand même."

11h37 : "Je voulais partager cette mission parce que, quand j'étais petit, j'aurais adoré suivre une mission dans l'espace. On a un devoir de transparence et d'expliquer ce que l'on fait aux gens, mais je n'ai rien à vendre."

11h21 : Magnifique Thomas félicitations.

11h47 : Le spationaute français a d'abord évoqué ses sensations lorsqu'il a eu la première bouffée d'air frais, vendredi une fois à terre. "C'est des odeurs, des couleurs auxquelles on n'était plus habitués, explique-t-il. Ce qui était drôle, c'est que je sentais même le savon et le déodorant des gens qui étaient venus nous chercher."

11h22 : "Je pense à mes collègues qui sont restés là-haut. Il y a encore beaucoup de boulot. J'ai l'impression de les avoir abandonnés. Je vais essayer de suivre tout ce qu'ils font."

11h18 : "Il y a encore quelques semaines de boulot, puis les activités vont diminuer au fur et à mesure. Mais je retournerai peut-être rapidement dans l'espace."

11h14 : Thomas Pesquet est frais comme un gardon, on a pas l'impression qu'il a passé 6 mois dans l'espace. C'est fou la vitesse de récupération !

11h14 : "On avait beaucoup répété [le retour sur Terre] au simulateur, mais on ne peut jamais se préparer à tout. Ça avait un côté fête foraine, montagne russe."

11h11 : "Au bout de douze heures, j'étais fonctionnel, je ne pouvais pas courir un marathon quand même, mais je pouvais marcher, monter des escaliers."

11h08 : "C'est une overdose de tous les sens."

11h08 : "La rentrée atmosphérique, c'est un moment risqué, c'est spectaculaire, ça bouge dans tous les sens, ça a un côté feu d'artifice, donc on est content d'arriver."

11h06 : Regardez en direct la conférence de presse de Thomas Pesquet en direct de Cologne.