Cet article date de plus de quatre ans.

"Chaque mouvement me coûte depuis mon retour" : quatre citations à retenir de la conférence de presse de Thomas Pesquet

Le spationaute français a raconté mardi 6 juin ce qui l'a le plus surpris, aussi bien dans l'espace qu'à son retour.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'astronaute français Thomas Pesquet donne une conférence de presse sur sa mission spatiale, le 6 juin 2017 à Cologne (Allemagne). (OLIVER BERG / DPA / AFP)

Après plus de 200 jours passés à bord de la Station spatiale internationale, Thomas Pesquet a donné sa première conférence de presse, mardi 6 juin, à Cologne (Allemagne). Le spationaute français a évoqué sa vie dans l'espace, mais aussi ses surprises à son retour sur terre. Voici ses quatre phrases les plus marquantes.

>> REPLAY. "La sensation de flotter me manque" : revivez la conférence de presse de Thomas Pesquet

Sur le retour sur Terre : "Ce sont des odeurs, des couleurs auxquelles on n'était plus habitués"

Le spationaute français a d'abord évoqué ses sensations lorsqu'il a pu profiter d'une première bouffée d'air frais, vendredi 2 juin, après son atterrissage dans les steppes du Kazakhstan. "Ce sont des odeurs, des couleurs auxquelles on n'était plus habitués, a-t-il expliqué. Ce qui était drôle, c'est que je sentais même le savon et le déodorant des gens qui étaient venus nous chercher."

Ce qu'il a préféré à son retour sur Terre ? "Mes premiers petits plaisirs c'était de retrouver ma compagne, a-t-il affirmé. Sinon manger du fromage, prendre une douche."

>> Difficultés à marcher, sommeil perturbé : très affaibli, Thomas Pesquet va devoir se réhabituer à la vie sur Terre

Sur la gravité : "La sensation de flotter me manque"

A peine revenu sur terre, le spationaute français a dit déjà être en manque de "la sensation de flotter" : "Ça rend des choses super faciles, notamment pour s'habiller" ou "déplacer des charges très, très lourdes", a-t-il détaillé. "Dans l'espace, c'est de la rigolade." Sur la Planète bleue, c'est plus compliqué : "Chaque mouvement me coûte depuis vendredi."

>> "On s'habitue à la vie ici" : quand Thomas Pesquet racontait son quotidien en apesanteur

Sur ses mois dans l'espace : "Le confort dans l'ISS, c'est plutôt du camping"

Thomas Pesquet a longuement expliqué que "l'être humain s'habitue à tout". "Au début, tu rebondis sur les murs, c'est génial, raconte-t-il de ses premiers pas dans l'espace. Puis au bout d'un moment, cela devient ton environnement normal."

"Le confort dans la station spatiale, c'est plutôt du camping", ajoute-t-il. Le spationaute évoque le cas de la nourriture, "toujours la même" : "Parfois, cela peut entraîner des tensions. Avec Peggy [l'astronaute américaine], on savait ce que préféraient l'un et l'autre, on faisait en sorte de se laisser nos aliments favoris."

>> La cuisine spatiale est-elle digne d'un trois étoiles ?

Sur ses clichés de la Terre vue du ciel : "Je ne suis pas reporter, ni photographe"

Le spationaute français a aussi avoué sa surprise face à certaines critiques formulées sur les photos qu'il a prises pendant son voyage. "On ne peut pas tout me demander, a-t-il répondu, interrogé sur la portée politique de ses clichés. Il y a un travail à faire sur ces photos qui n'est pas le mien. Si les gens ont envie de dire 'la Belgique est trop éclairée la nuit, il ne faut plus éclairer les autoroutes, parce qu'on a vu les photos de Thomas Pesquet', tant mieux."

"De là à me reprocher de ne pas avoir pris assez de clichés de zones de conflit, ça me laisse dubitatif, a-t-il poursuivi. J'ai essayé d'en faire, mais je n'ai pas été envoyé pour ça. Et puis, ce n'est pas tellement la vocation d'une mission scientifique. Je ne suis pas reporter, ni photographe. Moi, j'essaie de faire passer des idées. Il faut ensuite que les gens prennent la balle au bond et s'en saisissent."

>> CARTE. Découvrez la France vue de l'espace en 61 photos de Thomas Pesquet

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Thomas Pesquet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.