Sentinel-6, le nouveau satellite qui surveillera le niveau des mers

Ce satellite européen décollera samedi soir à 18 heures d'une base militaire en Californie, lancé par une fusée Falcon 9. Il vient renouveler la génération des satellites qui suivent le niveau des mers. Les données qu’il va collecter seront en accès libre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le satellite Sentinel-6 en test en Allemagne, le 17 juillet 2020.  Ce satellite, qui mesurera le niveau des mers, est lancé le 21 novembre 2020. (STEPHANE CORVAJA / EUROPEAN SPACE AGENCY / AFP)

Sentinel-6 est un hériter d’une lignée de satellites placés en orbite depuis 1992 pour observer le niveau des mers. C'est le résultat d’une collaboration entre l'Europe et les États-Unis. Sentinel-6 sera placé sur orbite à 1 336 mètres d’altitude, en remplacement de Jason-3, l'ancienne génération. Le satellite va permettre notamment de suivre les conséquences du réchauffement climatique sur le niveau des mers.

"On sait que le niveau des mers va continuer à augmenter pendant le siècle qui vient", explique Alain Rattier, directeur général de l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques (Eumetsat).

"Ce qui est très important, c'est d'être capable de regarder les évolutions pour voir si certains scénarios de rupture du changement climatique qui sont en cours, dans l'Arctique en particulier, vont se réaliser."

Alain Rattier, directeur général de l'Eumetsat

à franceinfo

Selon le spécialiste, "ce qu'il faut, c'est recouper ces données avec d'autres pour comprendre ce qu'il se passe : quelle est la part qui est liée à la dilatation thermique de l'océan, aux glaciers, aux glissements des calottes polaires dans l'Arctique."

Des données mises à disposition du public

Techniquement, Sentinel-6 marque un pas en avant. Il possède un radar numérique. Le radiomètre, qui mesure les ondes électromagnétiques, permet d'être au plus près des côtes pour fournir des données aux habitants des secteurs à risque de submersion. C’est l’autre plus-value du programme Sentinel : il fournit des informations en milieu ouvert. "Toutes les données qui sont prises par tous les satellites Sentinel sont mises à disposition à tout le monde, affirme Pierrick Wuillemier, responsable du programme. Le vrai intérêt des données Sentinel-6, c'est de permettre à des petites entreprises ou à d'autres prestataires de services de développer une valeur ajoutée pour, à leur tour, développer des services qui peuvent être vendus ou fournis à d'autres acteurs, notamment tous les acteurs liés à la mer."

Mais Sentinel-6 publie des données brutes, pas des images. Certaines sont exploitables en trois heures de temps, d’autres nécessitent plusieurs mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.