Pour une expérience, douze bouteilles de bon vin de Bordeaux ont voyagé dans l'espace

Revenues sur Terre le lundi 1er février à Bordeaux après avoir passé un peu plus d’un an dans l’espace, elles seront ouvertes début mars pour une dégustation comparative.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Vue de la Terre depuis l'espace, prise le 21 avril 2020 depuis l'équipage d'Apollo 17. (HANDOUT / NASA)

Comment la vigne et le vin résistent-ils à l’apesanteur ? Voilà une question à laquelle pourront peut-être bientôt répondre le Cnes, le centre national d'études spatiales, et l'Institut des sciences de la vigne et du vin. Les deux organismes ont organisé une mission scientifique consistant à envoyer dans l'espace douze bouteilles d'un bon vin de Bordeaux et 320 sarments de vigne.

Cette cargaison originale a été véhiculée par la fusée Space X et a passé entre dix et quatorze mois dans la station spatiale internationale avant son retour sur terre à la mi-janvier. Première bonne surprise pour les scientifiques, les sarments de deux centimètres conservés dans des alvéoles à 4°C ont plutôt bien supporté le voyage. "Ça fait un hiver de 10 mois un peu long mais finalement les sarments étaient en bonne forme", a constaté Lionel Suchet, directeur général délégué du Cnes. Sur les 320 sarments, pratiquement tous avaient bien passé ce long hiver, certains avaient même commencé à rebourgeonner et donc à repartir pour une nouvelle vie."

Le rêve d'un vin de l'espace particulier

Les sarments vont donc pouvoir être replantés. L'Institut des sciences de la vigne et du vin analysera leur évolution."En rêvant, on se dit que ces sarments ont pu acquérir des propriété spécifiques qui vont faire que les plans de vigne qui vont se développer donneront des raisins avec des goûts différents, imagine Philippe Darriet, directeur de l’unité de recherche de l'ISVV. Ou que la plante va avoir un développement différent par rapport à des conditions habituelles."

Les bouteilles de vin revenues de l'espace devraient être ouvertes début mars et comparées au même millésime resté sur le plancher des vaches. Les premières conclusions de l’expérience sont attendues à la fin 2021. L'ex-spationaute Patrick Baudry, qui avait lui-même, en 1985, emmené une bouteille de Lynch-Bages 1975 dans l'espace, émet tout de même quelques doute sur le résultat. "Prenez une bouteille de vin, mettez-là dans une machine qui va la secouer pendant un an, croyez-moi, elle aura subi les mêmes dommages qu'une bouteille qui part dans l’espace." Patrick Baudry rappelle qu'avec l’apesanteur, "si vous mettez dans un même récipient un liquide et un gaz, il se mélangent intimement puisqu’ils pèsent la même chose, c'est à dire rien." L'ex-spationaute admet cependant que "sur le plan moléculaire", l'expérience peut s'avérer intéressante. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.