Cet article date de plus de cinq ans.

Le mystère des lumières de la planète naine Cérès résolu ?

Des scientifiques allemands émettent l'hypothèse que les points lumineux de Cérès, sources de fantasme chez les amateurs d'ovnis, sont en fait des reflets provoqués par de l'eau gelée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La planète naine Cérès, située entre Mars et Jupiter, photographiée par la sonde américaine Dawn, le 10 avril 2015. (NASA / AFP)

D'abord considérée comme une planète, ensuite comme un astéroïde, enfin depuis 2006 comme une planète naine, Cérès ne cesse d'intriguer les scientifiques. La sonde américaine Dawn, placée en orbite autour de cette sphère de roches et de glace située entre Mars et Jupiter, a envoyé cette année des données qui ont accru les interrogations des chercheurs. Jeudi 10 décembre, des scientifiques ont émis des hypothèses concernant l'un des mystères de Cérès : des taches lumineuses repérées à la surface, sources de fantasmes chez les amateurs d'ovnis.

"Un sous-sol d'eau saumâtre gelée"

D'après l'étude publiée dans la revue américaine Nature, ces scientifiques allemands estiment que les 130 points lumineux détectés à la surface de Cérès ne sont pas des signes d'activité extraterrestres. Selon eux, ces taches seraient dues à la présence d'un type de sels, l'hexahydrit.

Les mystérieuses taches lumineuses de Cérès, exposées dans ce cliché pris le 22 juin 2015 par la sonde américaine Dawn. (NASA / AFP)

Des astéroïdes, en percutant la planète, auraient mis à jour un mélange de glace et de sel. Des zones où la lumière du Soleil se reflète. "Les points lumineux de Cérès suggèrent qu'elle possède, dans son sous-sol, de l'eau saumâtre gelée", explique Andreas Nathues, de l'Institut Max-Planck de recherche sur le système solaire, situé à Katlenburg-Lindau (Allemagne), dans un communiqué.

Une planète naine venue d'ailleurs ?

Autre observation de l'équipe, de la brume semble remplir, aux heures chaudes, un des cratères de Cérès, appelé Occator. Selon les chercheurs, cette brume pourrait être de la vapeur d'eau dégagée par la fonte de la glace. 

Une seconde étude, publiée mercredi dans Nature, se penche, elle, sur l'origine de la planète naine. Les auteurs américains de cette étude ont annoncé que de l'argile riche en ammoniac y a été découvert par la sonde Dawn. Or, dans cette zone du système solaire, il fait trop chaud pour que l'ammoniac puisse se figer de cette façon.

Pour expliquer le phénomène, les chercheurs émettent deux hypothèses, comme le détaille Le Point : soit des comètes venues d'ailleurs, chargées d'ammoniac, ont frappé Cérès, soit la planète a vu le jour dans la glaciale ceinture externe du système solaire, loin du Soleil, avant d'être propulsée beaucoup plus près de l'astre solaire après un grand chambardement cosmique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.