La Voie lactée façonnée par un impact qui a créé des étoiles pendant 4 milliards d'années

C'est ce qu'on appris les astronomes lors de leurs recherches pour savoir si la Voie lactée s'est nourrie de plusieurs collisions avec de "petites" galaxies ou a grossi suite à un seul gros impact.

La voie lactée photographiée à Mandalay (Birmanie), le 8 juin 2019. 
La voie lactée photographiée à Mandalay (Birmanie), le 8 juin 2019.  (YE AUNG THU / AFP)

Comment s'est formée notre Voie lactée ? La question obsède les scientifiques et a sans doute trouvé sa réponse. Selon des astronomes, notre galaxie a absorbé la galaxie Gaia-Enceladus lors de leur collision il y a dix milliards d'années, un choc qui aurait généré de nouvelles étoiles pendant 4 milliards d'année selon une étude publié dans la revue Nature Astronomy (lien en anglais)lundi 22 juillet.

Les astronomes cherchent depuis longtemps à comprendre si la Voie lactée s'est nourrie de plusieurs collisions avec de "petites" galaxies ou a grossi suite à un seul gros impact. Pour démêler les différentes théories existantes sur le sujet, des astronomes se sont plongés dans les données récoltées par le télescope spatial européen Gaia, coproduit par Airbus et mis en orbite par l'Agence spatiale européenne en 2013. Le satellite a cartographié en 3D près de 1,7 milliard d'étoiles de notre galaxie, en déterminant pour certaines d'entre elles position, distance à la Terre et luminosité.

"Violentes flambées de formation d'étoiles"

Ces données avaient déjà permis à des astronomes d'établir en 2018 que le halo galactique entourant la Voie lactée était principalement constitué de débris provenant de sa collision avec la galaxie Gaia-Enceladus environ 3,8 milliards d'années après le Big Bang.

"La nouveauté de notre travail est que nous avons été en mesure d'attribuer des âges précis aux étoiles qui proviennent des deux galaxies", a expliqué Carme Gallart, coauteur de l'étude. Mettant en évidence que la collision aurait généré de "violentes flambées de formation d'étoiles" pendant 4 milliards d'années.

"C'est un processus très graduel - rien à voir avec un accident de voiture - c'est quelque chose qui a un effet sur la galaxie dans son ensemble. C'est très massif, donc ça arrive lentement à l'échelle humaine, pas si lentement à l'échelle cosmique", explique Carme Gallart.