La sonde chinoise chargée d'échantillons lunaires de retour sur Terre

Le module de retour de la sonde spatiale Chang'e 5 a atterri dans la région de la Mongolie intérieure, au nord de la Chine, a indiqué jeudi l'agence de presse Xinhua, citant l'agence spatiale chinoise.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une simulation graphique du module de la sonde Chang'e 5 revenant sur Terre après son séjour sur la Lune. (CNSA / XINHUA / AFP)

Une sonde chinoise transportant des échantillons du sol de la Lune est revenue sur Terre, jeudi 16 décembre, a annoncé l'agence de presse Xinhua, citant l'agence spatiale chinoise. Le module de retour de la sonde spatiale Chang'e 5 a atterri dans la région de la Mongolie intérieure, au nord de la Chine. Il s'agit de la première mission de ce type depuis la mission Luna 24 de l'Union soviétique, menée avec succès en 1976.

Lancée le 24 novembre, la sonde Chang'e 5, du nom d'une déesse de la Lune de la mythologie chinoise, a aluni le 1er décembre puis entamé son voyage de retour deux jours plus tard.

Les scientifiques espèrent que les échantillons recueillis leur permettront d'en apprendre davantage sur les origines de la Lune, sa formation et l'activité volcanique à sa surface.

La Chine, troisième pays à récupérer des échantillons de la Lune

Avec cette mission, la Chine est devenue le troisième pays à avoir récupéré des échantillons de la Lune, après les Etats-Unis et l'Union soviétique dans les années 1960 et 1970. Pékin cherche à rattraper les Etats-Unis et la Russie, après avoir mis des décennies à égaler les réalisations de ses rivaux et a investi des milliards dans son programme spatial militaire. 

Cela constitue une nouvelle étape du programme spatial chinois, qui avait frappé un grand coup début 2019 en faisant atterrir un engin sur la face cachée de la Lune, une première mondiale. La Chine espère disposer d'une station spatiale avec équipage d'ici 2022 et, à terme, envoyer des humains sur la Lune.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.