La Russie perd le contact avec le satellite lancé depuis le cosmodrome de Vostotchny

Ce cosmodrome au coût gigantesque, situé dans l'extrême-orient russe, est censé marquer la renaissance d'une industrie humiliée par plusieurs échecs ces dernières années. 

La fusée Soyouz portant le satellite Meteor a décollé à 14h41 locales (6h41 heure de Paris) de Vostotchny (Russie), le 28 novembre 2017.
La fusée Soyouz portant le satellite Meteor a décollé à 14h41 locales (6h41 heure de Paris) de Vostotchny (Russie), le 28 novembre 2017. (SERGEY MAMONTOV / SPUTNIK / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les Russes n'ont pas de nouvelles de Meteor. L'agence spatiale russe a annoncé, mardi 28 novembre, avoir perdu le contact avec ce satellite météorologique lancé quelques heures plus tôt depuis le nouveau cosmodrome de Vostotchny. "Le contact avec l'appareil spatial n'a pas été établi en raison du fait qu'il n'a pas atteint l'orbite prévue", a indiqué Roskosmos dans un communiqué, précisant que les raisons de cet échec étaient en cours d'analyse.

La fusée Soyouz portant le satellite Meteor avait décollé sans difficulté à l'heure prévue, à 14h41 locales (6h41 heure de Paris), depuis ce cosmodrome. Inauguré en avril 2016 dans l'oblast de l'Amour, au sud-est de la Sibérie, il est destiné à réduire la dépendance de la Russie à l'égard de la base kazakhe de Baïkonour. La fusée transportait également 18 charges utiles appartenant à des institutions ou des entreprises du Canada, des États-Unis, du Japon, d'Allemagne, de Suède et de Norvège.

Un cosmodrome au coût gigantesque

Ce cosmodrome au coût gigantesque est censé marquer la renaissance d'une industrie humiliée par plusieurs échecs ces dernières années. Le premier décollage depuis la base de Vostotchny s'était déroulé en avril 2016 en présence du président Vladimir Poutine. Ce lancement était en retard sur le calendrier initial et s'était déroulé après un faux départ entraînant des limogeages de responsables du secteur. Le chantier avait également été émaillé de multiples affaires de corruption.

Vostotchny, construit sur le site d'une ancienne base de missiles soviétiques, est plus proche de l'équateur que le pas de tir de Plessetsk, dans le nord de la Russie, un paramètre qui facilite les mises en orbite. Actuellement, il dispose d'un pas de tir pour les vaisseaux Soyouz. Un troisième lancement depuis ce cosmodrome est, en théorie, prévu le 22 décembre.