La Nasa va lancer la sonde Osiris-Rex pour aller prélever des échantillons sur un astéroïde

Sa mission inédite sera de brièvement toucher un astéroïde pour y prélever des échantillons et les ramener sur la Terre.

Une image diffusée par la Nasa, le 21 mai 2016, montre la sonde Osiris-Rex, en Floride.
Une image diffusée par la Nasa, le 21 mai 2016, montre la sonde Osiris-Rex, en Floride. (DIMITRI GERONDIDAKIS / AP / SIPA)

Une mission inédite. La Nasa prévoit de lancer vendredi 9 septembre la sonde Osiris-Rex, dont la mission sera de brièvement toucher un astéroïde pour y prélever des échantillons et les renvoyer sur la Terre.

La rampe de lancement et la fusée sont déjà en place :

Les scientifiques espèrent détecter dans ces prélèvements des éléments permettant de percer le mystère des origines du système solaire et peut-être de la vie. "Le principal objectif d'Osirix-Rex est de ramener au moins 60 grammes de matériaux riches en carbone qui seront prélevés à la surface de l'astéroïde Bennu", explique Dante Lauretta, professeur de science des planètes à l'université d'Arizona, le responsable scientifique de cette mission de 800 millions de dollars. "Nous espérons que ces échantillons contiendront des molécules organiques datant des débuts du système solaire, il y a 4,5 milliards d'années, qui pourraient fournir des informations et des indices sur les origines de la vie", dit-il.

Lancement dans la nuit de jeudi à vendredi

Le lancement de ce vaisseau de deux tonnes est prévu à 19h05 jeudi (1h05, vendredi, heure de Paris). Il doit partir de la station de l'US Air Force de Cap Canaveral, près du Centre spatial Kennedy en Floride à bord d'une fusée Atlas V de la société américaine United Launch Alliance. Les dernières prévisions météorologiques donnent 80% de chances de conditions favorables au moment du décollage.

La sonde doit atteindre Bennu en août 2018. Il s'agit d'un gros cailloux noir de 492 mètres de diamètre qui tourne autour du soleil en 1,2 année et se rapproche très près de la Terre tous les six ans, à une distance quasi équivalente de celle nous séparant de la Lune. Il existe même un faible risque (une chance sur 2 500) que Bennu entre en collision avec notre planète entre 2175 à 2196, selon les calculs de la Nasa.