L'avion spatial expérimental européen, IXV, a amerri dans le Pacifique, comme prévu

Avec ce prototype, l'Europe souhaitait tester la capacité de son engin à revenir dans l'atmosphère sans dégâts. Objectif : pouvoir réutiliser ce type d'avion spatial pour plusieurs vols.

Le lancement de l\'avion spatial expérimental IXV, mercredi 11 février 2015, depuis Kourou, en Guyane. 
Le lancement de l'avion spatial expérimental IXV, mercredi 11 février 2015, depuis Kourou, en Guyane.  (STEPHANE CORVAJA / ESA / AFP)

L'avion spatial expérimental IXV, lancé mercredi 11 février vers 14h40 depuis Kourou (Guyane), a amerri comme prévu dans le Pacifique, aux alentours de 16h20. Avec ce prototype, l'Europe entendait tester la capacité de son engin à revenir dans l'atmosphère sans dégâts. Il s'agit d'une étape clef pour la conception d'engins aptes à retourner sur Terre après une incursion dans l'espace. Objectif : pouvoir réutiliser le même engin pour plusieurs vols. 

Un bateau est désormais chargé de récupérer l'avion spatial.

ESA / REUTERS

Baptisé IXV (prononcer à l'anglaise "I" "X" "V" pour Intermediate eXperimental Vehicle"), il mesure cinq mètres de long et pèse environ deux tonnes. Dépourvu d'ailes, ce vaisseau non habité a plané un peu comme un avion lors de son entrée dans l'atmosphère, grâce à son design aérodynamique. 

"Le retour d'orbite est une des disciplines les plus difficiles à réaliser dans le domaine du spatial", a expliqué Giorgio Tumino, responsable du programme à l'Agence spatiale européenne (ESA). Si l'angle d'entrée avait été trop important, le vaisseau aurait brûlé. S'il avait été trop faible, IXV risquait de ne pas atteindre le point fixé pour son retour sur Terre, a souligné l'ESA.