Cet article date de plus de deux ans.

Espace : le retour des Américains sur la Lune repoussé à 2025 "au plus tôt"

La mission Artémis 3 doit notamment emmener la première femme sur le sol lunaire.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le patron de la Nasa, Bill Nelson, s'exprime lors d'une visite d'un centre spatial, le 5 novembre 2021, à Greenbelt (Maryland). (OLIVIER DOULIERY / AFP)

Viser la Lune, ça ne lui fait pas peur, mais il faudra encore attendre un peu. Le patron de la Nasa, Bill Nelson, a annoncé, mardi 9 novembre, que le retour d'humains sur la Lune dans le cadre du programme américain Artémis était retardé de 2024 à 2025 "au plus tôt".

La Nasa attendait la résolution d'un litige judiciaire concernant le développement d'un alunisseur pour annoncer un nouveau calendrier pour Artémis 3. "Nous avons perdu près de sept mois en contentieux et cela a probablement repoussé le premier atterrissage d'humains à 2025 au plus tôt", a déclaré Bill Nelson, lors d'une conférence de presse. 

"Il y a d'autres raisons", a-t-il ajouté. La date de 2024 avait été fixée par l'administration du président Donald Trump mais n'était pas "techniquement faisable", a ainsi asséné Bill Nelson. Il a également critiqué le manque de fonds attribués par le Congrès ces dernières années pour le développement de l'alunisseur. 

Une mission inhabitée vers la Lune en 2022

La mission Artémis 3 doit notamment emmener la première femme sur le sol lunaire. Le programme prévoit le retour d'astronautes sur le sol lunaire et l'installation d'une base permanente. L'Agence spatiale européenne a déjà obtenu trois sièges pour les Européens à bord de la future station orbitale lunaire Gateway, en tant que contributeur au programme.

Le chef de la Nasa a aussi annoncé que la mission Artémis 2, qui sera la première du programme avec des astronautes à bord mais qui n'atterrira pas sur la Lune, avait désormais "une date potentielle de décollage en mai 2024". Cette deuxième mission, qui était précédemment annoncée pour 2023, "ira plus loin que n'importe quel humain s'est jamais rendu. Probablement près de 65 000 km au-delà de la Lune, puis reviendra sur Terre", a dit Bill Nelson.

Artémis 1, la première mission test vers la Lune qui ne comportera, elle, pas d'astronaute à bord, est quant à elle toujours prévue pour février 2022, comme annoncé récemment.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.