La comète Wirtanen sera visible à l’œil nu ce dimanche

Cette comète sera au plus près de la Terre ce 16 décembre. Pour l'observer, il faut s'éloigner des villes, se munir d'un télescope et regarder à l'Est.

La comète Wirtanen, photographiée avec un télescope le 3 décembre 2018.
La comète Wirtanen, photographiée avec un télescope le 3 décembre 2018. (NICOLAS BIVER / LESIA / OBSERVATOIRE DE PARIS-PSL)

C'est maintenant ou dans trente ans. La comète Wirtanen s'approchera au plus près de la Terre, dimanche 16 décembre, offrant, sous réserve qu'il fasse beau, "l'un des passages les plus propices à une belle observation céleste d'ici trente ans", a annoncé l'Observatoire de Paris. Si les conditions météorologiques le permettent, "elle apparaîtra comme une petite nébulosité sous un ciel bien noir sans Lune...", explique l'Observatoire de Paris dans un communiqué.

Wirtanen se trouvera alors à 12 millions de km de la Terre et sera visible à proximité des Pléiades, dans la constellation du Taureau. Les comètes sont composées de glace, de matériaux organiques et de roches provenant d'anciennes étoiles et de nuages interstellaires. Lorsqu'elles se rapprochent du Soleil, les glaces se transforment en gaz. Le mélange de gaz et de poussières éjecté forme la queue de la comète.

S'éloigner des villes et regarder à l'Est

Or la comète était au plus près du Soleil (à 157 080 000 km) mercredi et présentera, encore dimanche, une "activité intrinsèque relativement importante". "Pour la distinguer, il est préférable de se munir de jumelles ou d'un télescope", précise le communiqué. Et pour mettre toutes les chances de son côté, les spécialistes recommandent de fuir les lumières de la ville, de privilégier les bords de mer et la montagne et de choisir un lieu offrant une vue dégagée à l'Est.

Wirtanen a été découverte en 1948 par l'Observatoire Lick, en Californie (Etats-Unis). Elle avait été initialement désignée pour recevoir la visite de Rosetta et de son robot Philae mais le lancement de la sonde ayant dû été repoussé, il avait fallu trouver une nouvelle cible, la comète Tchourioumov-Guérassimenko, alias "Tchouri". Hasard du calendrier céleste, une pluie d'étoiles filantes, connues sous le nom de Géminides, sera également au programme ce week-end. Si le pic d'activité est prévu pour vendredi, des étoiles filantes seront encore visibles les jours qui suivent.