Environnement : les plongeurs sentinelles de la Méditerranée

L'université de Nice (Alpes-Maritimes) a noué un partenariat avec une association de plongeurs bénévoles, qui se chargent d'effectuer régulièrement un état des lieux des fonds marins. C'est ce qu'on appelle de la science participative.

France 3

À l'heure où baigneurs et plaisanciers rendent à la mer sa quiétude vespérale, ils partent en sentinelles. Ces plongeurs citoyens s'en vont en mer, armés d'une pancarte qui recense 23 espèces de poissons présentes en Méditerranée. Ce qu'ils observent et recensent servira à l'observatoire ECOMERS de l'université de Nice (Alpes-Maritimes). De la science participative accessible à tous.

Des données précieuses pour la science

Cette fois-ci, c'est au large de Cannes (Alpes-Maritimes) qu'ils interviennent. Une zone protégée Natura 2000, comme celle de Cap d'Agde (Hérault), qu'ils exploreront aussi. Chaque sortie se termine par un inventaire à bord du bateau. Les grands prédateurs comme le barracuda sont absents. Un état des lieux précieux pour les scientifiques, qui s'engagent en retour à restituer aux plongeurs le résultat de leurs études. Du donnant-donnant pour permettre à chacun de se sentir utile. Leur mission terminée, ces plongeurs bénévoles rentrent au port avec sans doute la satisfaction d'avoir fait leur part dans la lutte pour la préservation de la Méditerranée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les déchets plastiques sont plus qu\'abondants sur notre littoral, on estime que les fonds marins abriteraient 10 millions de tonnes de plastiques. Le bassin nord-occidental de la Méditerrannée compte à lui seul 290 milliards de micro-déchets.
Les déchets plastiques sont plus qu'abondants sur notre littoral, on estime que les fonds marins abriteraient 10 millions de tonnes de plastiques. Le bassin nord-occidental de la Méditerrannée compte à lui seul 290 milliards de micro-déchets. (MAXPPP)