Des chiens "reclonés" à partir de Snuppy, le premier clone de chien au monde

Une nouvelle portée de chiots a été clonée à partir des cellules de l'animal, selon "Sciences et Avenir". 

Le premier chien cloné au monde, Snuppy, et ses chiots, le 5 septembre 2008 à Séoul (Corée du Sud). 
Le premier chien cloné au monde, Snuppy, et ses chiots, le 5 septembre 2008 à Séoul (Corée du Sud).  (JO YONG HAK / REUTERS)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce ne sont pas des chiens clonés, mais plutôt "reclonés". Selon Sciences et Avenir, plusieurs chercheurs sud-coréens ont révélé la naissance de trois chiots issus des cellules de Snuppy, le premier chien cloné il y a plus de dix ans, en 2005. Ces naissances ont été annoncées dans une étude publiée sur le site Scientific Reports, le 10 novembre dernier.

Ces chercheurs sont parvenus à faire naître quatre chiots à partir des cellules de Snuppy. Sciences et Avenir rapporte que l'un d'entre eux est mort des suites d'une diarrhée très forte, quelques jours après sa naissance. Mais selon les auteurs de l'étude, "la mort de l'un de nos chiots 'reclonés' est représentative de ce qu'il se produit communément dans une portée de chiots conventionnelle".

Les clones vieillissent plus vite

Les trois chiots reclonés encore en vie, âgés de neuf mois lors de la rédaction de l'étude, sont quant à eux en bonne santé, ont annoncé les chercheurs. Ces derniers affirment que le suivi de ces clones "tout au long de leur vie fournira une occasion unique de comparer la santé et la longévité de ces animaux avec celles des donneurs".

Comme le rappelle Le Parisien, les animaux clonés vieillissent souvent plus vite. "Comme avec Snuppy, nous ne prévoyons pas que les reclones connaîtront un vieillissement accéléré ou seront plus susceptibles de développer des maladies que les animaux élevés naturellement", espèrent les chercheurs sud-coréens dans leur article. 

Snuppy est mort en 2015 à l'âge de 10 ans, alors que son donneur, Tai, a quant à lui vécu 12 ans. Ces deux chiens sont morts des suites d'un cancer, précise Le Parisien. L'équipe ayant "recloné" Snuppy espère progresser dans la recherche sur ce sujet.