Cet article date de plus de neuf ans.

Des centaines de millions de femmes risquent leur vie en cuisinant

Cuisiner sur des fourneaux traditionnels peut être une tâche extrêmement dangereuse pour la santé de centaines de millions de femmes dans le monde et pour leur famille. Face à ce problème sanitaire, qui tue environ 2 millions de personnes chaque année, l'ONU et les États-Unis ont lancé le programme "Alliance mondiale pour des cuisinières propres".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Kimimasa Mayama Reuters)

Environ trois milliards de personnes, soit 40% de la population
mondiale continuent de cuisiner avec des combustibles extrêmement
dangereux pour la santé tels que le charbon, des détritus ménagers ou
bien des excréments (bouse). Selon l'Organisation Mondiale de la Santé
(OMS), les microparticules et le monoxyde de carbone issus de cette
fumée sont responsables de 1,6 million de décès par an, principalement parmi les femmes et les enfants.
Face à ce problème sanitaire grave, l'ONU et les Etats-Unis ont créé en
septembre 2010 "l'Alliance mondiale des cuisinières propres " (Global alliance for clean
cookstoves
). Leur objectif : fournir quelque 100 millions de
plaques de cuisson dans le monde d'ici 2020.

Une personne décède

toutes les 16 secondes

Selon "l'Alliance mondiale des
cuisinières propres
", la fumée et la suie issues des cuisinières
traditionnelles tuent une personne toutes les
16 secondes.
A l'origine de 3,7% de tous les décès, c'est la cause
de mortalité la plus forte après la malnutrition, les rapports
sexuels non protégés, et l'abscence d'approvisionnement en eau salubre
(OMS). Cette tragédie touche notamment les ménages pauvres qui n'ont
souvent pas les ressources nécéssaires pour acquérir des combustibles
plus propres et plus performants.

Une activité dangereuse pour

les femmes

Le ramassage de combustible impose également une
lourde tâche aux femmes. "Dans les
collines du Népal par exemple, les
femmes passent près de 2,5 heures par jour à
ramasser du fourrage
, de l'herbe et du bois de feu. À cause de la
déforestation,
elles doivent aller plus loin, ce qui augmente leur fardeau de près
d'1,1 heure
par jour
", précise Satinder Bindra, directeur de la communication du
PNUE. Mais surtout, c'est une activité qui s'avère très dangereuse pour
les femmes qui sont exposées aux attaques et aux violences lorsqu'elles
s'éloignent de leur foyer. En République démocratique du Congo (RDC),
une femme est violée toutes les heures lorsqu'elle s'acquitte de
cette tâche, précisent les organisations internationales.

Une

urgence environnementale

A ce drame de santé publique et de
criminalité, s'ajoutent des urgences environementales : l'émission de
carbone noir (suie) est responsable de 10 à 40% du réchauffement
planétaire. La recherche incessante de combustible met également une
pression énorme sur les forêts.

"L'Alliance mondiale des
cuisinières propres
"  vise donc à promouvoir des modes de cuissons
peu polluants, qui utilisent peu de combustibles tout en produisant
beaucoup d'énergie. Toutefois, l'association doit encore "trouver des
accords en termes de normes internationales, de critères sanitaires, et
sécuritaires, en termes de normes d'emissions
", explique un
responsable du programme, Radha Muthiah. La Tanzanie, le Kenya,
le Bangladesh et le Vietnam devraient être les prochains pays à recevoir
des plaques de cuisson.

 

 

 

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.