En images "Grande conjonction" : la danse céleste entre Jupiter et Saturne

Les deux plus grosses planètes du système solaire se sont rapprochées au maximum lundi lors d'un événement qui ne se reproduira qu'en 2080 dans de telles proportions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les planètes Jupiter et Saturne lors de la "grande conjonction", à Los Angeles (Etats-Unis), le 21 décembre 2020. (PATRICK T. FALLON / AFP)

C'était le spectacle à ne pas manquer pour les passionnés d'astronomie, qui avaient bien en tête la date exacte en France : lundi 21 décembre, à 19h22. Les deux plus grosses planètes du système solaire, Jupiter et Saturne, se sont rapprochées au maximum lundi 21 décembre lors d'une "grande conjonction" comme la désignent les astronomes, qui ne se reproduira qu'en 2080 dans de telles proportions.

A 19h22, les deux géantes gazeuses apparaissaient dans le même champ de vision d'un instrument d'observation, donnant l'impression de se frôler alors qu'elles se situaient en réalité à plus de 730 millions de kilomètres l'une de l'autre. C'est ce que montre cette image prise en Australie. 

Dans le monde entier, les internautes ont publié leurs meilleurs photos de cet événement visuellement impressionnant.

Les meilleures conditions d'observation se situaient dans les zones proches de l'Equateur, tandis qu'en Europe occidentale, et dans une grande partie de l'Afrique, il fallait porter son regard vers le sud-ouest.

Photo de la "grande conjonction" dans le ciel de Montembœuf (Charente), en France, le 21 décembre 2020. (QUENTIN SAISON / HANS LUCAS / AFP)

En Inde, des centaines de fans d'astronomie se sont rassemblés au Musée industriel et technologique Birla de Calcutta, où ils ont pu admirer la danse cosmique à travers un télescope.

Impression de fusion entre les deux astres

Ce rendez-vous inhabituel s'est produit de manière fortuite le jour du solstice d'hiver pour l'hémisphère nord. Le rapprochement apparent entre les deux planètes avait déjà commencé depuis plusieurs mois, avant d'atteindre une distance minimale lundi donnant presque l'impression que les deux astres dans le ciel ne faisaient qu'un.

La dernière Grande conjonction avait eu lieu en 2000, mais il faut remonter à 1623 pour retrouver un écart aussi petit que celui de lundi. Et avant de retrouver une conjonction aussi rapprochée, il faudra attendre... le 15 mars 2080.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.