Taureau, mouton... Les plus vieux tatouages du monde découverts sur des momies égyptiennes

Les dessins, qui représentent principalement des animaux, ont 5 000 ans. Le trésor était caché au British Museum de Londres (Royaume-Uni).

L\'une des momies sur lesquelles des tatouages ont été découverts, à Londres (Royaume-Uni).
L'une des momies sur lesquelles des tatouages ont été découverts, à Londres (Royaume-Uni). (BRITISH MUSEUM)

Il aura fallu passer les dépouilles vieilles de 5 000 ans aux rayons infrarouges pour les apercevoir. Des tatouages ont été découverts sur le corps de deux momies égyptiennes qui étaient conservées depuis une centaine d'années par le célèbre British Museum de Londres (Royaume-Uni), d'après une étude parue dans le Journal of Archeological Science (en anglais), jeudi 1er mars.

Les motifs représentent essentiellement des animaux. Un taureau et un mouton ornent le bras de l’une des momies, celle d'un homme âgé de 18 à 21 ans, selon de précédents examens. Sur la seconde dépouille, celle d'une femme, on peut apercevoir une série de motifs en forme de S au niveau de son épaule.

Un tatouage représentant un taureau sauvage découvert sur une momie au British Museum de Londres (Royaume-Uni).
Un tatouage représentant un taureau sauvage découvert sur une momie au British Museum de Londres (Royaume-Uni). (BRITISH MUSEUM)

Jusque-là, les spécialistes avaient toujours estimé que ces taches sombres étaient sans importance.

Des tatouages réalisés avec de la suie

Les deux dépouilles en question ont été découvertes à la fin du XIXe siècle, à Gebelein, dans le sud de l'Egypte. Les résultats de la datation radiocarbone avaient indiqué que ces deux momies avaient vécu entre 3 351 et 3 017 avant J-C. Soit il y a plus de 5 000 ans. Quant aux tatouages, ils ont été réalisés avec de la suie.

"Cette découverte recule l'existence des premiers tatouages en Afrique d'un siècle", explique à la BBC (en anglais) Daniel Antoine, conservateur en anthropologie physique au British Museum et co-auteur de l'étude. Les plus anciens exemples d'ornements corporels dataient jusqu'ici du 4e millénaire avant notre ère. Ils avaient été découverts sur le corps d’Ötzi, une momie retrouvée dans la glace des Alpes tyroliennes.