VIDEO. Trop pauvres, ils renoncent à se soigner

A Marseille et Toulouse, des journalistes de France 2 sont partis à la rencontre de précaires qui peinent à payer certains soins de santé.

FRANCE 2

5,60 euros, c'est ce qui reste chaque jour pour vivre, après avoir payé loyer et autres charges, à des milliers de personnes aidées par le Secours populaire, selon une étude rendue publique jeudi 11 septembre. A Marseille et Toulouse, des journalistes de France 2 sont partis à la rencontre de précaires qui peinent à payer certains soins de santé.

17% des sondés ont déjà renoncé à voir un spécialiste

"On me demandait 400 euros pour la prothèse du genou, maintenant cette somme a augmenté, elle est entre 400 et 600 euros. Vous vous rendez compte ? 600 euros, même en payant en un an, je n'arriverai pas à le payer. Et dans un an, où je serai ?" s'interroge ainsi Andrée, une retraitée de 81 ans. Selon une enquête Ipsos pour le Secours populaire, citée par France 2, au moins 17% des personnes interrogées ont déjà renoncé au moins une fois à voir un spécialiste et 9% ont déjà retardé la consultation. Quant à l'achat de prothèses, 19% ont renoncé et 13% ont retardé.

Un SDF consulte un médecin à Lyon, le 25 juillet 2006.
Un SDF consulte un médecin à Lyon, le 25 juillet 2006. (JEFF PACHOUD / AFP)