Vaccins obligatoires : "Il faut que la couverture vaccinale soit suffisante pour empêcher les maladies de circuler"

Selon le pédiatre infectiologue à l'hôpital intercommunal de Créteil et coordinateur du réseau d'information sur les vaccins Infovac, Robert Cohen, "il faut que l'obligation s'accompagne d'explications".

(CLEMENTZ MICHEL / MAXPPP)

Le mouvement EPVL (ensemble pour une vaccination libre) manifestera samedi 9 septembre à partir de 14h devant le ministère de la Santé à Paris pour protester contre le projet de loi qui rendrait obligatoire 11 vaccins pour les enfants de moins de deux ans. Cette mesure devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2018. "Il faut que la couverture vaccinale soit suffisante pour empêcher les maladies de circuler", explique sur franceinfo Robert Cohen, pédiatre infectiologue à l'hôpital intercommunal de Créteil et coordinateur du réseau d'information sur les vaccins Infovac.

franceinfo : Pourquoi rendre les vaccins obligatoires ?

Robert Cohen : Au siècle dernier, la durée de vie a augmenté, essentiellement parce que les maladies infectieuses ont diminué grâce aux progrès en particulier dans la prise en charge. Cette prise en charge repose sur l'hygiène, les antibiotiques et les vaccins.

Que faut-il faire pour que les vaccins soient efficaces ?

Il faut que la couverture vaccinale soit suffisante pour empêcher les maladies de circuler. Cette couverture vaccinale élevée peut être obtenue soit par la conviction en expliquant aux gens que ces vaccins sont importants pour la santé, soit par l'obligation vaccinale, soit par les deux. Nous ce que l'on veut c'est que ce soit les deux. Il n'est pas question de dire aux gens, c'est obligatoire, on n'a pas à vous expliquer à quoi ça sert. Donc, il faut que l'obligation s'accompagne d'explications.

L'obligation vaccinale était-elle attendue par les professionnels de la santé ?

Non. Il faut savoir qu'aucun professionnel de santé n'était au départ pour l'obligation vaccinale. Nous ce qu'on veut obtenir ce sont de bonnes couvertures vaccinales diverses et multiples. Du fait de l'absence de réponse des autorités de santé pendant des années vis-à-vis de ces problèmes, on s'est trouvé dans une situation où les couvertures vaccinales pour certaines maladies, notamment la rougeole, devenaient trop faibles pour pouvoir empêcher que ces maladies ne circulent. On a eu des cas montrant que cette érosion progressive de la couverture vaccinale aboutissait à une résurgence des maladies.