Vaccination infantile : les Nations unies s'inquiètent du retard pris en raison de la pandémie de Covid-19

En 2020, 23 millions d'enfants n'ont pas reçu les trois doses du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche. Un record depuis 2009.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un enfant reçoit un vaccin contre la rougeole, le 3 mars 2020 en République démocratique du Congo. (JUNIOR KANNAH / AFP)

L'ONU tire la sonnette d'alarme. Les Nations unies s'inquiètent, jeudi 15 juillet, d'un risque de "catastrophe absolue" si le dangereux retard pris dans la vaccination des enfants à cause de la pandémie de Covid-19 n'est pas rattrapé. En 2020, 23 millions d'enfants n'ont pas reçu les trois doses du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, qui sert de mesure de référence, selon les chiffres publiés par l'OMS et l'Unicef. Il s'agit d'un record depuis l'année 2009 et c'est 3,7 millions d'enfants de plus qu'en 2019.

Pour l'ONU, il est important que la distribution des vaccins contre le Covid-19 ne se fasse pas aux dépens des programmes de vaccination infantile. "Alors que les pays crient pour mettre la main sur des vaccins anti-Covid, nous avons reculé sur d'autres vaccinations, mettant les enfants en danger d'attraper des maladies graves mais évitables comme la rougeole, la polio ou la méningite", a rappelé le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"Une situation déjà mauvaise"

L'OMS s'inquiète également des 17 millions d'enfants – qui vivent pour la plupart soit dans des zones de conflit, des endroits reculés ou des bidonvilles – qui n'ont sans doute eu aucune dose l'année dernière. Ces chiffres "sont un signal d'alarme clair, la pandémie de Covid-19 et les perturbations qu'elle a causées nous ont fait perdre un précieux terrain que nous ne pouvons nous permettre de céder et les conséquences vont se payer en morts et en perte de qualité de vie des plus vulnérables", a insisté la directrice de l'Unicef, Henrietta Fore, rappelant que la "pandémie a encore dégradé une situation qui était déjà mauvaise".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccins

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.