Rougeole : "L'Europe est devenue le parent pauvre de la vaccination", regrette la ministre de la Santé Agnès Buzyn

Agnès Buzyn a réagi alors qu'une nouvelle épidémie de rougeole touche le continent.

RADIO FRANCE

Une nouvelle épidémie de rougeole touche l'Europe et particulièrement la France, où trois personnes en sont mortes depuis le mois de janvier 2018. La situation alerte l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Invitée de franceinfo mardi 21 août, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a regretté que "l'Europe soit devenu le parent pauvre de la vaccination".

"Le chemin de la raison"

Pour la ministre, l'épidémie de rougeole est liée au fait qu'"un certain nombre de pays d'Europe ont un scepticisme absolument incroyable vis-à-vis des vaccins. C'est-à-dire qu'ils oublient tout le rationnel scientifique et la preuve que les vaccins ont permis d'éradiquer un grand nombre de maladies dans le monde. L'OMS s'en alarme parce que l'Europe est maintenant le parent pauvre de la vaccination, alors qu'on est normalement le continent du progrès."

La ministre de la Santé défend sa décision de rendre les vaccins obligatoires pour tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018. Une mesure "pour éviter notamment ce qu'il se passe depuis le mois de janvier, plus de 2 000 cas de rougeole, trois jeunes qui sont morts, a rappelé Agnès Buzyn. L'Europe souffre d'une épidémie de rougeole très difficile à maitriser parce que nous ne sommes pas vaccinés, nos enfants ne sont pas vaccinés. C'est fini, puisque tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 devront être vaccinés pour rentrer en crèche ou à l'école. La France rentre dans le droit chemin, le chemin de la raison."

Agnès Buzyn, le 21 août 2018.
Agnès Buzyn, le 21 août 2018. (FRANCE INFO)