Les autorités sanitaires françaises recommandent le vaccin contre la coqueluche aux femmes enceintes pour protéger leur nouveau-né

Si la vaccination n'a pas pu être possible pendant la grossesse, la Haute autorité de santé recommande de vacciner l'entourage du nourrisson et de sa mère le plus rapidement possible à la naissance de l'enfant.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des vaccins contre la coqueluche à Paris, le 7 novembre 2018. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

Jusqu'à présent, seul l'entourage des nourrissons était encouragé à la vaccination contre la coqueluche. Désormais, les futures mamans le sont aussi, a annoncé, la Haute autorité de santé (HAS) dans un communiqué mardi 12 avril. Les femmes enceintes devraient se faire vacciner à partir du second trimestre de grossesse selon la HAS, qui estime que cette vaccination permet à leur nouveau-né d'être protégé dès l'accouchement contre cette maladie particulièrement dangereuse pour les nourrissons.

"Si la vaccination n’a pu être réalisée pendant la grossesse, la HAS préconise le maintien de la stratégie de cocooning, qui consiste à vacciner l’entourage et la mère le plus rapidement possible à la naissance de l’enfant", a précisé l'institution dans son communiqué.

Une maladie qui peut être mortelle pour les nourrissons

Causée par une bactérie, la coqueluche est une maladie particulièrement contagieuse qui se traduit par d'importantes quintes de toux pendant plusieurs semaines. Chez la majorité des malades, elle n'est pas grave mais peut causer des complications parfois mortelles chez les plus petits.

Jusqu'alors, les autorités sanitaires françaises ne recommandaient que de vacciner directement les tout petits et non les femmes enceintes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccins

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.