VRAI OU FAKE La numéro 2 de la liste EELV aux élections européennes, Michèle Rivasi, a-t-elle tenu des propos "anti-vaccins" ?

Plusieurs prises de position de l'eurodéputée ont créé la polémique. La ministre de la Santé l'accuse de diffuser des "fake news".

L\'eurodéputée Michèle Rivasi, le 12 juillet 2017 à Paris.
L'eurodéputée Michèle Rivasi, le 12 juillet 2017 à Paris. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Le tacle est venu du cœur de l'Assemblée nationale. Mercredi 13 mars, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a accusé l'eurodéputée écologiste Michèle Rivasi d'être "officiellement anti-vaccins" et de diffuser "le maximum de fake news en Europe sur les vaccins". Une intervention largement applaudie par les députés de la majorité. Cette attaque intervient alors que la rougeole a fait un premier décès cette année, relançant par la même occasion les débats sur la couverture vaccinale en France. Une actualité qui résonne avec les propos contestés de la numéro deux de la liste d'Europe Ecologie-les Verts aux élections européennes concernant la vaccination. Alors, Michèle Rivasi a-t-elle vraiment tenu des propos anti-vaccins ? Franceinfo a vérifié.

Une phrase qui lui attire des problèmes

Une déclaration de Michèle Rivasi, biologiste agrégée, est particulièrement pointée du doigt. Le 1er avril 2015, l'eurodéputée réagit aux révélations du Canard enchaîné sur la mort de deux bébés après une vaccination recommandée contre la gastro-entérite. Elle conclut alors : "Aujourd'hui, les vaccins créent plus de problèmes qu'ils n'en résolvent, il est temps de changer de paradigme sur la prévention." Une phrase largement reprise jusqu'à aujourd'hui et qui lui vaut un torrent de critiques.

Mais, surprise, lorsqu'on consulte la note de blog sur laquelle était retranscrit sa déclaration, la fameuse phrase a disparu. En utilisant le site d'archives Web Archive, on s'aperçoit qu'elle a été supprimée discrètement à l'automne 2018, plus de trois ans après sa publication initiale. Une manière de faire table rase du passé ? "Cette phrase était sortie du contexte de mon intervention", plaide aujourd'hui l'eurodéputée, contactée par franceinfo, sans donner plus de détails. Mais ce n'est pas la seule prise de position qui interroge.

Une invitation controversée au Parlement

En février 2017, Michèle Rivasi provoque la bronca au sein même de son parti. La raison ? L'eurodéputée a invité à Bruxelles Andrew Wakefield, figure des anti-vaccins pour une projection de son documentaire controversé Vaxxed. Le Britannique est aussi l'auteur d'une étude, parue en 1998, dans laquelle il évoquait un lien possible entre le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) et l'autisme. Des recherches qui ont été contestées par l'ensemble de la communauté scientifique et qui ont valu à son auteur d'être radié de l'Ordre des médecins britannique.

Le groupe écologiste au Parlement européen demande alors à l'élue de retirer son logo des affiches annonçant la projection et de ne pas organiser cette rencontre dans les murs de l'institution. Michèle Rivasi accepte ces changements mais dénonce "une vraie chasse aux sorcières" face à l'ampleur de la polémique. Deux ans plus tard, elle reconnaît, sur son blog, avoir "commis une erreur regrettable". Et d'ajouter : "Cette invitation malheureuse et inappropriée a donné une occasion en or aux lobbys de la santé de m'attaquer directement ou indirectement."

Une tribune polémique dont elle est signataire

En 2017, Michèle Rivasi avait aussi signé une tribune au titre évocateur sur le site Reporterre : "Obligation vaccinale : la guerre est déclarée". Un texte au vitriol contre l'obligation vaccinale pour les nourrissons nés à compter du 1er janvier 2018. "La décision du gouvernement de rendre obligatoires onze vaccins est dangereuse et inacceptable. Il faut protéger la santé des citoyens, pas les chiffres d'affaires des laboratoires", estime alors l'eurodéputée.

La France serait le premier pays d'Europe à vouloir imposer avec autant de force la panacée vaccinale. À raison ? Justement pas.Michèle Rivasià Reporterre

Plusieurs passages de cette tribune reprennent des arguments contestés scientifiquement et largement utilisés par les militants anti-vaccins. Michèle Rivasi évoque notamment "les scandales sanitaires liés à la campagne vaccinale contre l'hépatite B initiée en 1994 au prix de plus d'un millier de cas de scléroses en plaques". Ce lien de causalité entre le vaccin et la maladie inflammatoire a pourtant été remis en cause par les scientifiques. Dès 2002, l'OMS indiquait que "les toutes dernières études ne révèlent aucun accroissement du risque".

Questionnée à ce sujet, Michèle Rivasi rétorque aujourd'hui que la justice européenne "a récemment reconnu" un lien entre ce vaccin et la maladie. Une affirmation qui fait référence à une décision de la Cour du justice de l'Union européenne rendue en 2017, qui ouvre la voie à des indemnisations dans le cas de procédures opposant des malades atteints de sclérose en plaques et des fabricants de vaccins contre l'hépatite B.

En réalité, la CJUE ne s'est pas prononcée sur le fond du dossier. Elle a simplement indiqué que le fait qu'il n'existe pas de preuve scientifique ne doit pas complètement fermer la porte à une possible indemnisation d'un plaignant, explique Le Monde. Le juge peut ainsi donner gain de cause au plaignant s'il apporte "des indices graves, précis et concordants" d'un lien de causalité, et malgré l'absence de consensus scientifique.

Imbroglio sur le nombre de piqûres

L'eurodéputée critique aussi, dans cette tribune, les "sels d'aluminium vaccinaux dont les conséquences sur la santé sont maintenant avérées". Ces composants permettent d'améliorer la réponse immunitaire et aucune preuve scientifique n'atteste pour l'instant d'une quelconque dangerosité. En 2013, le Haut Conseil de la santé publique estimait que "les données scientifiques disponibles à ce jour ne  [permettaient] pas de remettre en cause la sécurité des vaccins contenant de l'aluminium".

Dans ce texte, Michèle Rivasi brandit également un chiffre effrayant : "Appliquer le calendrier des 11 obligations vaccinales envisagées représenterait pas moins de 76 immunisations avant l'âge de 18 mois !". Sauf que seules 10 piqûres sont nécessaires entre la naissance et les 18 mois de l'enfant afin d'administrer les 31 doses de vaccins prévues, comptabilise Le Monde.

Une longue liste d'affirmations qui ont été largement reprises par des militants anti-vaccins, notamment sur les réseaux sociaux. Mais pour l'eurodéputée, c'est l'obligation vaccinale qui ravive la méfiance envers les vaccins. "Par la contrainte, vous allez renforcer les anti-vaccins, plaide aujourd'hui Michèle Rivasi. Il faut des études vaccins par vaccins."

"Mon combat, c'est la transparence"

A quelques mois des élections européennes et en plein débat sur la couverture vaccinale, les charges contre la numéro deux de la liste Europe Ecologie-Les Verts se sont soudainement accentuées. Alors, Michèle Rivasi a décidé de clarifier ses positions. Un virage, même si elle le réfute, qui passe notamment par une longue note de blog publiée le 12 mars et intitulée : "Oui aux vaccins, non aux lobbies". Le ton est donné. "Je ne remets pas en cause l'utilité de la vaccination", précise l'eurodéputée, en introduction.

Je n'ai jamais été anti-vaccins, je suis vacciné et mes gamins aussi.Michèle Rivasià franceinfo

Ses attaques se dirigent aujourd'hui, selon elle, principalement contres les lobbies. "Moi, mon combat, c'est la transparence dans l'information. Je demande des comptes sur ce qu'on trouve dans les vaccins et par quels laboratoires ils sont fabriqués", explique la candidate aux européennes. Et elle est bien décidée à contre-attaquer. L'eurodéputée a décidé de porter plainte pour diffamation contre la ministre de la Santé qu'il l'avait accusé d'être "officiellement anti-vaccins".