Cet article date de plus de neuf ans.

Une personne restait hospitalisée au CHU de Bordeaux le 12 juillet, après avoir été contaminée par la bactérie E.coli

La patiente âgée de 65 ans se trouvait toujours en réanimation, mais son état s'améliore "progressivement", a-t-on appris auprès de l'Agence régionale de santé."Les quatre autres personnes sont sorties de l'hôpital au cours des derniers jours", a précisé la même source.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Au plus fort de la crise fin juin, une dizaine de personnes avaient été hospitalisées pour des diarrhées sanglantes (AFP - JEAN PIERRE MULLER)

La patiente âgée de 65 ans se trouvait toujours en réanimation, mais son état s'améliore "progressivement", a-t-on appris auprès de l'Agence régionale de santé.

"Les quatre autres personnes sont sorties de l'hôpital au cours des derniers jours", a précisé la même source.

Au plus fort de la crise fin juin, déclenchée notamment après une kermesse à Bègles (Gironde) où des graines germées avaient été consommées, une dizaine de personnes avaient été hospitalisées pour des diarrhées sanglantes ou des cas de SHU.

Une patiente de 78 ans, sans rapport avec le groupe de Bègles, hospitalisée était décédée fin juin pour des maux liés à la bactérie E.coli. "Cette patiente a développé très rapidement une forme sévère de syndrome hémolytique et urémique", précise l'Agence régionale de santé. Syndrome qui entraîne des défaillances rénales et neurologiques.

Elle n'était pas porteuse de la souche 104 d'Escherichia Coli, responsable de près d'une cinquantaine de morts en Allemagne, mais de la souche 0145.

L'Union européenne a décidé le 5 juillet d'interdire temporairement l'importation de graines de fenugrec d'Egypte et de retirer de la vente un lot considéré comme le lien "le plus probable" entre les intoxications par la bactérie E.coli à Bordeaux et en Allemagne où près de 50 décès ont été déplorés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.