Une étude sur les souris laisse espérer des traitements contre l'amnésie

Des chercheurs ont réactivé la mémoire perdue de souris avec la lumière, ce qui apporte un nouvel éclairage sur le mécanisme biologique de l'amnésie.

Une souris de laboratoire, le 23 janvier 2014, au centre de recherches Cermep à Bron près de Lyon (Rhône).
Une souris de laboratoire, le 23 janvier 2014, au centre de recherches Cermep à Bron près de Lyon (Rhône). (PHILIPPE MERLE / AFP)

Une bonne nouvelle pour les amnésiques ? Des chercheurs ont réactivé la mémoire perdue de souris avec la lumière, ce qui apporte un nouvel éclairage sur le mécanisme biologique de l'amnésie et ouvre potentiellement la voie à des traitements, selon une étude publiée jeudi 28 mai dans la revue américaine Science.

Cette recherche fait avancer la compréhension sur la nature de l'amnésie, une question très controversée en neurosciences, estime Susumu Tonegawa, professeur au centre de recherche sur l'apprentissage et la mémoire du Massachusetts Institute of Technology (MIT),  qui a dirigé ces travaux.

Souvenirs détruits ou juste oubliés ?

Les chercheurs débattent depuis de nombreuses années sur le fait de savoir si l'amnésie provoquée par un traumatisme crânien, le stress ou des maladies comme Alzheimer, résulte de dommage de cellules cérébrales spécifiques qui dans ce cas rendraient impossible de recouvrer la mémoire, ou si l'accès à ces souvenirs en est la cause.

"La majorité des scientifiques privilégient la théorie de la destruction du stockage de l'information mais cette recherche montre que cela est probablement erroné", juge le professeur Tonegawa, lauréat du Nobel de Médecine en 1987. "L'amnésie est un problème de récupération de la mémoire", tranche-t-il.

Pour le professeur Tonegawa cette étude montre que dans certaines formes d'amnésie la mémoire du passé n'a peut-être pas été effacée, mais se trouve simplement "inaccessible". Selon lui, "ces travaux fournissent un éclairage surprenant sur la nature de la mémoire et vont stimuler de futures recherches sur la biologie de la mémoire et de sa restauration clinique".