Cet article date de plus de cinq ans.

Un désherbant classé possible cancérogène par l'OMS

Il s'agit du 2,4-D, un agent chimique largement utilisé dans l'agriculture.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un employé de Dow AgroSciences à Nantong (Chine), le 30 mai 2011. L'entreprise développe un désherbant contenant à la fois du 2,4-D et du glyphosate, classés "peut-être" et "probable" cancérogènes par l'OMS. (HUANG ZHE / XINHUA / AFP)

Alors que Ségolène Royal est partie en croisade contre le Roundup, un désherbant a été classé "peut-être cancérogène", lundi 22 juin, par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'agent chimique en question est le 2,4-D, largement utilisé pour lutter contre les mauvaises herbes dans les champs, les forêts, les zones urbaines et les quartiers résidentiels depuis son introduction en 1945.

Dans la classification du Circ, la qualification d'agent "peut-être" cancérogène représente le troisième échelon de dangerosité derrière celui d'agent cancérogène, comme l'amiante, et celui d'agent "probablement" cancérogène, comme le glyphosate, composant du Roundup de Monsanto.

Un avis non contraignant

L'agent 2,4-dichlorophénoxyacétique (2,4-D) est dénoncé depuis longtemps par les groupes écologistes et les associations de consommateurs aux Etats-Unis qui tentent de persuader les autorités d'en restreindre l'usage. L'industrie agricole défend au contraire son importance pour la production alimentaire.

Les avis du Circ ne sont pas contraignants mais peuvent influencer les autorités de régulation, le législateur ou l'opinion publique. Après le classement du glyphosate comme cancérogène probable en mars dernier, la France a ainsi décidé d'interdire la vente en libre service du Roundup, désherbant phare de Monsanto, à partir du 1er janvier 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.