Cet article date de plus de six ans.

Un contraceptif à bas prix bientôt disponible dans 69 pays pauvres

L'initiative lancée par deux fondations et un laboratoire vise à étendre à grande échelle un programme pilote qui avait été lancé dans quelques pays africains.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le contraceptif Sayana Press est administré par un système d'injection non-réutilisable. (UNICEF / FRANCETV INFO)

Il empêche l'ovulation et est efficace pendant au moins treize semaines. Un contraceptif injectable à bas prix sera bientôt disponible dans 69 des pays les plus pauvres de la planète, ont annoncé, jeudi 13 novembre, le laboratoire américain Pfizer, la Fondation Gates et la Children's Investment Fund Foundation.

Cette collaboration permettra de vendre le contraceptif Sayana Press pour un dollar par dose aux organismes d'aide, qui pourront les distribuer aux femmes à un coût réduit ou gratuitement. L'initiative vise à étendre à grande échelle un programme pilote qui avait été lancé dans quelques pays africains.

Plus de 200 millions de femmes privées de contraception

Les doses de Sayana Press sont administrées par un système d'injection non-réutilisable, ce qui élimine le besoin de seringue et permet au personnel soignant d'injecter le contraceptif au domicile des femmes ou dans des endroits pratiques. Les effets secondaires potentiels mentionnés par Pfizer sont notamment une perte de densité osseuse.

"Quand les femmes peuvent programmer quand elles veulent avoir un enfant, elles ont plus de chances de survivre à leur grossesse et à l'accouchement, et d'avoir des enfants en meilleure santé", fait valoir le docteur Chris Elias, responsable des programmes de développement de la fondation Gates. Plus de 200 millions de femmes dans les pays en développement souhaitant une contraception n'y ont pas accès.

La planification familiale (information, contraception, santé) permettrait d'éviter 100 000 décès de femmes par an pendant et après l'accouchement. Il s'agit de la première cause de mortalité chez les 15-19 ans dans les pays pauvres, selon l'association Save the Children.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.